Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce. Édouard BAER.

Ôla l’Ami ! DEUS EX MACHINA !

Frappé par la vie, je me fis un soir, le 28 octobre XXI21, inviter au Théâtre Antoine, par Ed’itH pour y rejoindre Ed’ouarD… Et puis, vous me connaissez, je ne suis pas plus mondain que clochard… C’est céleste. Comme BAER.

Ça démarre ici à le Syndicat, sans parler de dopage…

Toujours est-il que l’inénarrable et insaisissable artiste, artisan du verbe, nous a encore épaté, montant d’un cran entre littératures et théâtralité. Inclassable et complet dans le PAF et le cinéma, admirons comme il maîtrise la promotion ici-bas : Asterix et Obélix au service de sa majesté (avec Fabrice Luchini en César) !

Les photos prises au Théâtre Antoine sont l’œuvre d’Édith…

Édouard BAER, ne se prend jamais au sérieux, et pourtant là, il devient passeur de savoir littéraire, théâtral, cinématographique et simplicité du quotidien, une pièce touchante de grands écarts poétiques.

Son dernier film réalisé par ses soins mettait en scène un directeur de théâtre parisien, dans un road trip piéton nocturne et offrant son dernier rôle au cinéma à Michel Galabru (comédien dans plus de 300 films)… Pur délice !

L’athlète est doué car son spectacle entamé le 16 septembre ne comporte aucune date de fin, et donc se joue à loisir et à plaisir. Parmi bien d’autres noms, qu’il soit question de Jean Rochefort, d’André Malraux, de Charles Bukowsky, Romain Gary ou son propre père monsieur Baer (avec la 2è Division Blindée, où il a sûrement croisé mon propre grand-père en libérant Strasbourg et pacifiant l’Allemagne dès 1944…), le show d’Édouard oscille entre humour, tendresse, Culture(s), émotions toutes tournées en poésie et burlesque, une palette plus que parfaite !

Il interroge sur l’humanité dans chacun de ces hommes et femmes cités dans cette pièce, entre solitudes, fuites, courages et lâchetés.

En février, lors de cette émission, après plaisanterie sur les candidatures électorales, Édouard nous présentait ce livre devenu pièce : « mettre le texte debout »…

Rencontre avec Édouard BAER, le 28 octobre 2021, au Théâtre Antoine (Paris).
[Six minutes audio par Màxim Pozor. / Il sera question de Vesoul].

Christophe Meynet jouant le barman dans Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce.

Enfin, rendons hommage aux acolytes cités et présents : Christophe Meynet, Jack Souvant, Patrick Bossard, Tito el Frances (pour le fond flamenco)… Et merci à l’OURS Édouard pour sa spontanéité et l’entretien qu’il proposa de lui même en toute générosité..!

Baer, l’ours en allemand (image issue du film l’As des As de Gérard Oury).

Le livre préliminaire à la pièce, édition Le Seuil, dessins Stéphane Manel.

(Visited 169 times, 4 visits today)

Une réponse à “Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce. Édouard BAER.

  1. Livre agréable à lire et qui se lit vite et bien… Mais la lecture solitaire du texte ne vaut certainement pas le spectacle de ces élucubrations incarnées et déclamées sur scène par Edouard Baer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *