Archives pour la catégorie RADIOGRAPHIE

Thème passé au crible par notre rédaction, ouvert aux réactions, stimuli !

Visite culturelle à Issenheim !

Les anciens étudiants d’Histoire de l’art de Besançon, par exemple, connaissent par étude en amphi, le fameux retable d’Issenheim, signé Matthias Grünewald. Celui-ci est hébergé à Colmar au musée Unterlinden, récemment rénové. Mais votre humble narrateur a eu le privilège de rencontrer et épouser la ville d’Issenheim dernièrement, en février, et y a croisé Frère Jacques, aux lumières intarrissables. Résultat une visite des édifices religieux de la bourgade du Haut-Rhin, quelques photos et bons mots.

 

« JOSEPH, CHASTE époux ! »

A savoir l’album ci-dessous de cette journée du 26 février 2019 se présente de manière dé-chronologique… qui fut visite au couvent [des Antonins / Maison Saint-Michel] jésuite où fut créé et exposé sur l’actuel parvis (ancienne nef) le retable… édifice détruit puis reconstruit à l’inverse des orientations Est-Ouest traditionnelles, que Saint-Antoine (« le Grand ») fut un moine (fondateur de l’idée monacale) du désert, les tentations de Saint-Antoine seraient un sujet philosophique religieux, tout ceci vous le découvrez en liens…, puis à l’église d’Issenheim, (ville dont le blason/logo « fer à cheval » fait référence à une ville d’étape de diligence entre Strasbourg et Lyon) ; et enfin (superbe établissement scolaire qui a su rebondir dans son temps et à l’histoire passionnante, et exemple en terme de scolarité) l’Institution Champagnat.
Désolé de ma mise en forme scabreuse du présent article, et pour les vrais curieux, osez le commentaire pour vous et m’interroger sur chaque détail (St-Michel archange champion des anges, tueur du dragon, Mont-Saint-Michel, (que j’ai eu la chance de visiter en pleine lune d’août 2007) ordre des antonites, …). Il faut connaître aussi l’Histoire de l’Alsace… de l’Allemagne…

notes de frère Jacques... quelques références.

notes de frère Jacques… quelques références.

 

Voilà boulot pré-maché avec nos liens dans nouvel onglet, soyez curieux !

 

Ici lien album photos Facebook d’une visite au musée Unterlinden de Colmar.
[Il faut bien sûr être « ami » sur le réseau social pour voir le contenu…]

(Visited 49 times, 1 visits today)

Michel Buzon, facteur de mots et de sensations

L’homme se prénomme Michel et n’a pas l’âge canonique de son homologue journaliste Drucker, mais une production qui n’a rien à lui envier. Journaliste depuis 38 ans et auteur depuis 42 ans, celui qui travaille actuellement à France 3 Bourgogne / Franche-Comté a exercé à Strasbourg pour ce même canal télévisé, fidèlement, et puis aussi homme radiophonique pour France Bleue et intervenant chansonnier pour l’historique Radio BIP à Besançon toujours..!

Tout le respect que m’inspire cet homme m’incitait à lui poser quelques questions auxquelles il a bien voulu répondre, se prêtant gentiment au jeu du miroir, arroseur de journaliste arrosé ! ENTRE CURIEUX !

Ajoutons que Michel est référencé, excusez du peu, à la BNF …

 

Dàrio : Je t’ai connu au chant, sur la compilation anniversaire de Radio BIP (radio indépendante depuis 1977, les radios libres en France étant autorisées depuis 1981 !), alors que j’étais à Fréquence Amitié Vesoul au début des années 2000…  Quel est ton parcours ?

 MICHEL BUZON : Je suis d’abord « auteur » depuis l’adolescence. Premiers écrits en 1976 à 18 ans. L’idée d’en vivre me trotte alors dans la tête. Je choisis un métier qui ne m’éloignera pas trop de cette passion vitale. Ce sera le journalisme avec la volonté d’évoquer celles et ceux dont on parle peu, à l’envers de tout matraquage. Difficile… Études au CUEJ à Strasbourg. Premier stage à FR3 Besançon en 1978, premières piges à Strasbourg en 1979 et 1980. En poste à France 3 Franche-Comté (Bourgogne-Franche-Comté) depuis le 15 décembre 1981. Je bascule dans la chanson et le rock avec la mise en musique de mon livre « l’apprenti mortel sur la fréquence du poème pirate » en 1982.

Mis à part une chronique sur Radio France Besançon et quelques textes dans des revues, je suis resté ancré en poste à l’antenne de France 3 Franche-Comté. J’ai souvent été invité en tant que chanteur sur Radio Bip entre autres mais c’est tout.

 

Dàrio : As-tu des chiffres à donner quant à la quantité de reportages télé que tu as réalisé ?

MICHEL BUZON : Quelques chiffres : environ 3000-4000 reportages je pense. Présentation d’une douzaine de magazines d’informations ou culturels de 1982 à 2006 dont les plus emblématiques resteront « Jean’s » (magazine Rock) dans les années 80 et surtout « C’est signé » dont j’étais producteur exécutif dans les années 90, présenté en direct et en public le soir vers 23h avec de nombreux groupes en live ainsi que toute l’actualité du spectacle vivant (avec la complicité de mon camarade chroniqueur Thierry Binoche et du peintre Bruno Medjaldi). Plus de vingt ans de couverture des Eurockéennes.

Auteur de plusieurs documentaires dont récemment «  Galaxie Thiéfaine , supplément d’âme » (52 minutes) avec D. Debaralle, «  Carpe Diem, dans la cour d’Aldebert » ( 52 minutes avec D. Debaralle et «  Jongleurs de rêves, le chemin du cirque Plume » 26 minutes avec L. Brocard)

Dàrio :  Dans un article  RMIZ’ consacré à HFT, (le cheval…), un docu du début des années 1980 est réalisé par toi, que peux-tu en dire ? Tu as suivi HFT tout du long de sa carrière, racontes-nous cela ? ?

MICHEL BUZON : C’est un magazine de 13 minutes en 1982 avec un court entretien qui en dit déjà assez long sur sa personnalité et son rapport aux médias. On avait filmé trois titres de l’album «  Soleil cherche futur » dont deux en studio avec les musiciens « Soleil… » et «  Lorelei » et puis un clip un peu scénarisé en extérieur avec « Les dingues et les paumés (son premier en quelque sorte) avec de petits moyens. Nous l’avions tourné, avec Richard Macé, sur le site de l’ancienne usine de Moulin rouge dans le Jura, de nuit, avec les grandes cheminées qui n’existent plus ainsi qu’à l’ancienne prison de Dole.

Rubens, Saturne dévorant un de ses fils (détail).

Je me rappelle avoir «  sacrifié » un exemplaire des chants de Maldororjeté dans une flaque boueuse. J’ai récidivé en 1985 au Fort de Joux et à la Citadelle (Vauban, Besançon) pour «  Femme de Loth » (toujours avec R. Macé). Je joue dans ce clip l’ombre d’Hubert … et je tiens le chandelier de dos dans les souterrains.

Je l’ai toujours suivi sur de nombreuses tournées à différentes époques et nous étions souvent les seuls de la télé à mettre ses concerts (des extraits) en mémoire.

J’étais à Bercy en 98 pour ses 20 ans de carrière. Moment de grâce. Nous en avons fait un magazine de 13 minutes. Il n’acceptait que notre équipe en coulisses. Une confiance qu’il m’a toujours renouvelée jusqu’à évoquer son burn out dans un magazine que j’ai tourné en 2011 je crois (Premières balises après renaissance) et enfin jusqu’au documentaire de 2012 évoqué plus haut (produit par séquence SDP et FranceTV). Nous l’avons suivi en tournée dans toute la France avec Dominique Debaralle.

Pour moi, très jeune, la famille Thiéfaine à Dole, c’était déjà le père Thiéfaine, Maurice, qui faisait du théâtre amateur. Il travaillait dans une imprimerie de Dole avec mon grand-père ouvrier-typographe. Le nom circulait déjà dans mon entourage. Il y avait aussi le curé, le père Thiéfaine son oncle et puis un jour on m’a dit que le fils Thiéfaine chantait dans les cabarets. Je l’ai su par mon frère qui était au lycée avec le plus jeune frère d’Hubert.

Mon père et Hubert, sans se connaître, avaient un copain commun (qui est devenu proche de moi aussi). Il tenait un petit bar-restaurant près de la gare de Dole (mon père était cheminot).

C’est là que j’ai rencontré Hubert-Félix Thiéfaine pour la première fois au début des années 1980. Il avait signé cette fois quatre albums. Son succès auprès du public était grandissant et je sentais en lui une dimension vitale et une approche très singulière de l’écriture et de la musique. Je le voyais vraiment de ma «  famille » d’expression. Notre passion commune pour Léo Ferré a fait le reste. Une part d’énigme comme ses chansons avec des clefs littéraires, émotionnelles et picturales. Sauvage, introverti, écorché. J’étais très intimidé comme je le serai plus tard avec Ferré. Il est resté pour moi un grand frère, un modèle d’écriture et de comportement dans le show biz. Sans concession.

Dàrio :  Il y a tant d’artistes que tu as reporté, quels sont tes préférés ? ? ?

MICHEL BUZON : Mes influences en tant que chanteur, pour les français, Ferré donc en premier lieu, puis Thiéfaine, Gérard Manset énormément, Mama Béa Tékielski, Sanson aussi et enfin dans les sommets Christian Décamps et le groupe Ange qui ont été les premiers à établir une belle alchimie entre poésie et rock en France. Côté anglo-saxon, tout devant David Bowie (j’étais habillé en Pierrot lors de ma première tournée), les Beatles (Mac Cartney en tête) , les Stones, les Who, Neil Young, Patti Smith, Dylan… Mes belles rencontres de journaliste,… il y en a trop . Nougaro sûrement dans le théâtre tenu autrefois par son père à Besançon… Émouvant.

MICHEL BUZON : suite de la bio…: en fait depuis le site, il y a le blog qui donne des indications actualisées car techniquement je suis bloqué par le site. Donc, il faut renvoyer les lecteurs au site et au blog. Après « les odeurs de sainteté » , nous avons tourné avec Thierry Davoux qui a remplacé José Duarte à partir de 2008. C’est Thierry qui a signé les premiers arrangements de deux titres du futur album joint au livre «  carnets de déroute et petits bonheurs éparpillés » (2013). C’est ce livre qui m’a inspiré l’album entier. José Duarte est revenu et a signé l’essentiel des arrangements de « Dernier fou rire sur la banquise » paru en 2016, que nous  avons présenté dans des petits lieux. Je prépare actuellement un neuvième album entièrement consacré à Ferré pour cet automne. Un titre figure déjà sur « dernier fou rire ».

 J’ai présenté ce projet avec Ludo Mantion au piano le 27 avril dernier dans le cadre du festival «  Faites moins de bruit » sans micro, sans amplification pour les artistes ! C’était vraiment bien. Ça oblige à gérer son corps autrement. Ludo a enregistré et mixé entièrement le dernier CD. Pour finir, je viens de publier un nouveau recueil de nouvelles «  Histoires de rêves suspendus ». Je n’abandonne pas l’écriture.

Extrait de « Libertaire » du livre«  carnets de déroute et petits bonheurs éparpillés » (2013).

(Visited 179 times, 1 visits today)

RichAndCo

L’hiver sera aussi littéraire, à fourmiller… Si l’été est cigale à chanter et danser !

Avec Richard, un partenariat naît, un partenariat concret et c’est la flamme d’une bougie de mots qui va danser tout doux pour cette saison ouvrée ou verte !

Il y a cette passion commune pour Charles Bukowski qui nous lie, lui et moi, en sus de cette ville « natale » qu’est Vesoul, bowling des âmes saoules !

Pierre qui roule n’amasse pas mousse mais Johnny !

Et j’en rie ! Deux égéries, deux bonnes nouvelles pré-hivernales, d’Ormesson et Hallyday/Smet, ne sont plus… Même si nous préférions Ferrat sur RMI’Z, ce qui est fait n’est plus à faire. Chaque bonne nouvelle connait son revers, pour d’Ormesson c’est de savoir que sa mère lui avait appris à honorer chacune de ses correspondances ouvertes, pas de lettre sans réponse ; mauvaise nouvelle je n’ai jamais écrit cette lettre à Jean. Pour Jean-Philippe, la mauvaise chose est qu’il ne m’a jamais rencontré ! Rock’n’Roll et surtout BLUES normal hivernal ..!

Nous devons tout de même à Johnny, par demande puis refus de paroles et musiques l’Amicalement Blues HFT/Paul Personne !

Ouh yeah, yé ! Bonne cheminée et boules de neige à chacun sur les quais du Grand Froid Electrique !

_________________________________________

(Photo de Simon Woolf)

Richard est originaire de Slovaquie et a atterri à Vesoul. Il est écrivain. Voici un entretien de celui dont le parcours a débuté comme poète édité dans sa jeunesse au niveau régional, puis au niveau national en tant qu’auteur de nouvelles et de romans aux éditions Black-out. Aujourd’hui, il publie également des ballades artistiques sur son webzine culturel Rich and Co Editions, où il se consacre entièrement à la mise en lumière d’autres artistes, venus de France ou d’Europe, en collaboration avec eux, dans des univers aussi variés que la peinture, la sculpture, la photographie, la littérature, le tatouage, les arts urbains et alternatifs, etc…

Dàrio : à quel âge as-tu commencé à lire sérieusement? Peut-on parler de capital culturel (familial)?

Richard Palachak :  je m’en souviens précisément. J’avais à peine 13 ans. Le déclic, ç’a été lors de vacances en Bretagne avec le père (J.) d’un ami (B.), et toute une ribambelle d’enfants. C’était un personnage très charismatique, un papa freudien, avec la stature patriarcale, le gros ventre et la barbe blanche… Il m’a confié le recueil de nouvelles « Deux amis et autres contes » de Maupassant et j’ai vécu une sorte de révélation… Pour le capital culturel je ne sais pas, la question mériterait une thèse…

Dàrio :  quand as-tu commencé à écrire ? De la poésie d’abord ? Et peux-tu me décrire tes débuts en tant qu’édité ?

Richard Palachak : ainsi me raconter comment en être venu à éditer ? Au collège, comme je suis arrivé tardivement en France, j’étais une bille en français. Mais bizarrement en poésie, j’obtenais toujours la meilleure note, au grand désespoir des premiers de la classe. Quant à l’édition, c’est une histoire de rencontre humaine je crois. La relation éditeur/écrivain a quelque chose de passionnel et de réciproque. Il y a une alchimie qui se crée et qui est inexplicable. Sinon, je ne suis pas un éditeur proprement dit. La Plate-forme interculturelle Rich&Co Editions porte le nom d’édition pour se différencier des blogs d’Art et de Littérature. Notre contenu est exclusif et collaboratif. On crée des articles qui sont quelque part des œuvres à part entière, co-construites avec les artistes que l’on publie de manière exclusive et originale. C’est en cela que l’on peut se permettre de s’appeler Editions.

Dàrio : quel est ton top dix, cinq ou trois de livres ?

 Richard Palachak : sans hésiter :

  1. Voyage au bout de la nuit de Céline,

  2. Les contes de la folie ordinaire de Bukowski

  3. et Sur la route de Jack Kerouac.

Mais il y en a beaucoup d’autres…

 

 

EXTRAIT :

Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits (49) :

« Un mélange d’avancement trop rapide et de passé immuable, où les buildings côtoient des vestiges médiévaux et le gigantisme soviétique des quatre voies en lacets bouclés. Puis des blocs administratifs d’entreprises du monde entier, le château et son Stare Mesto pittoresque, un océan d’immeubles déglingués à perte de vue, le beau Danube bleu qui vire au marron sous la pollution des picaillons européens, des centres commerciaux féroces et titanesques, des usines de tout et de rien et surtout de partout, des zones d’activité cyniques et démesurées, les fameux trams et trolleys rouges plus explosifs et plus forcenés que jamais, les bagnoles toujours plus fumeuses et les antennes relais toujours plus populeuses, et les éoliennes vertigineuses qui poussent sur le terreau moisi la piétaille empressée, du bordel et du bruit, des odeurs acres et des visions stroboscopiques, autrement dit le futurisme malhonnête et la nostalgie artificieuse, le tout gribouillé sur un même faux papier jauni de liseuse numérique dégénérée, convulsionnant l’avenir dans la nuit du Nouveau Monde. » Richard Palachak

 

Dàrio : peux-tu me parler et identifier ton travail avec Black-Out éditions ?

Richard Palachak :  la rencontre entre un éditeur et un écrivain est affaire de connectivité et d’affect réciproque. J’adore le travail de Black-out Editions, et je pense que mon éditeur apprécie également le mien. Actuellement, on réalise une chronique hebdomadaire sur le site de la maison d’édition tous les mardis, « Les Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits », en collaboration avec mon ami photographe Simon Woolf (dont je suis un fan absolu). Un recueil de Nouvelles sortira en début d’année 2018 (toujours illustré par Simon Woolf) et la suite en 2019. Après on verra, on se laisse porter. Il y a plein de projets, d’idées possibles et imaginables. J’ai déjà 2 romans d’avance et mon éditeur a plus d’un tour dans son sac. Je suis persuadé que l’histoire ne fait que commencer.

 

 

(Visited 62 times, 1 visits today)

EDITO : C’EST L’HIVER OUVERT AU VERT !

C’est avec joie et fierté que RMI’Z offre une visibilité aux … Restos du Coeur, association nationale aux ramifications locales… C’est gratuit, c’est gentil, et il n’est pas question de saison privilégiée pour cela, à tout moment ceci est normal de se préoccuper de ses voisins démunis, trop souvent invisibles.
Et c’est d’ailleurs plutôt l’œuvre de Coluche, que nous admirons tant, qui offre le sourire à RMI’Z.

Entre associations aux préoccupations proches, l’entraide est nécessaire. C’est le ciment altruiste, plutôt le moteur du bénévolat et de la bonne action. Depuis sa création, la situation n’a fait que se détériorer et Coluche a démontré que du CŒUR est absolument utile pour combattre les maux que connait notre société malade et déshumanisée. Alors, en rangs serrés, communiquons, donnons, sourions au plus démunis et désemparés.

 

Cette visibilité se voudra progressive, bannières publiées au fur et à mesure de notre avancée, entretiens avec des responsables, des bénévoles pour illustrer l’action telle qu’elle se définie au présent (pour ne pas rester ni passifs, ni passéistes…). Répondons aux besoins du temps présent.

En avant, tous ensemble. 

L’hiver sera aussi littéraire, à fourmiller… Si l’été est cigale à chanter et danser !

Avec Richard, un partenariat naît, un partenariat concret et c’est la flamme d’une bougie de mots qui va danser tout doux pour cette saison ouvrée ou verte !

Il y a cette passion commune pour Charles Bukowski qui nous lie, lui et moi, en sus de cette ville « natale » qu’est Vesoul, bowling des âmes saoules !

Pierre qui roule n’amasse pas mousse mais Johnny !

Et j’en rie ! Deux égéries, deux bonnes nouvelles pré-hivernales, d’Ormesson et Hallyday/Smet, ne sont plus… Même si nous préférions Ferrat sur RMI’Z, ce qui est fait n’est plus à faire. Chaque bonne nouvelle connait son revers, pour d’Ormesson c’est de savoir que sa mère lui avait appris à honorer chacune de ses correspondances ouvertes, pas de lettre sans réponse ; mauvaise nouvelle je n’ai jamais écrit cette lettre à Jean. Pour Jean-Philippe, la mauvaise chose est qu’il ne m’a jamais rencontré ! Rock’n’Roll et surtout BLUES normal hivernal ..!

Nous devons tout de même à Johnny, par demande puis refus de paroles et musiques l’Amicalement Blues HFT/Paul Personne !

Ouh yeah, yé ! Bonne cheminée et boules de neige à chacun sur les quais du Grand Froid Electrique !

_________________________________________

(Visited 67 times, 1 visits today)

RADIOBOMB, explosion humaine prénommée ALEX !

 

Une fois n’est pas coutume, un article en franglais se dresse à vous. Pensez flemme, « copié-collé » ou autre, il n’en est rien (et tout). Le charisme de notre « invité » me l’impose, comme le « je » s’impose aussi à moi. Et ça ne fera de mal à personne un peu de bilinguisme.

 Il a commencé Circus Lunatek, et a bossé avec les systems Spiral Tribe et Bedlam [et d’autres] pendant les années 1990-2000 en Grande Bretagne et en Europe.

Á propos de son crew Spiral Tribe, tout a été dit, écrit, jusqu’à saoulage’ment, même sur notre publication ici (:).

Alex Lipman est Radiobomb, il porte avec ses activités et son pseudo [radio-actif] une idée douce et rampante de l’anarchie noble et altruiste, celle que nous nous faisons de notre monde à RMI’z (articles : cheval et évocation de la France perdue des années 50-60 à maintenant dans son gouffre…, Michel Onfray et la sagesse athée et savante, Narcisse et savoir passer de l’autre côté du miroir… et encore tant d’autres, l’Afrique adieu… … …).

Issus de l’under’gronde, il y a 20-25 ans, il y avait encore des fils (enfants et non câbles, quoi que ..!) de classes sociales bien définies (bourgeois, ouvriers, middle-class… se réunissant en zones franches auto-proclamées en uniforme de sweat à capuche et treillis…), c’est mort et aucun regret si ce n’est un peu de primitif dans l’âme. Depuis tout s’est délité. Regrets, ce monde s’enfonce, il a laissé les plus faibles sur le bord de la route (drogues, karma, etc..) par son libéralisme sauvage et sa loi du plus fort. Il nous fait croire que l’individu est responsable du sort de la planète, et passons-en des meilleurs. [Alex ajoute : « de son reality et la suite », traduisons réalité propre ou destin, que la sagesse pourrait proclamer  anti-« Amor Fati » ! ]…


Belle époque que les années 70, 80 et 90 d’un monde qui vacille seulement… lâche et burlesque et avec panache fut le comportement des hommes tel un rôle parfait de Jean Rochefort (plus britannique dans l’âme qu’un Wilson ou autre acteur franco-anglais)… au cinéma et dans les médias.

Clin d’œil.

Revenons à Alex !
Radiobomb est un type avenant, bosseur/hard-worker, généreux dans son boulot comme dans la vie (Nous nous sommes rencontrés en Bourgogne en novembre 2005 je crois…). Nous correspondons depuis quelques semaines par mail et il m’a fournit la matière riche de sa présentation orientée par mes questions, comme il offre lui-même dans son domaine à son public. Quand l’anarchie rejoint la piraterie et inversement. Radiobomb en valeur humaine, la bombe n’a rien de terroriste. Comme une bombe de peinture, de cotillons et une explosion gustative et florale de ses sons & beats (style obus en chocolat de Verdun ) !

Car le son est son domaine choisi.
La reine a perdu un sujet (plusieurs…!), la France gagne un citoyen (soldat) inconnu quasi anonyme…

(Commentaire amusé de l’intérressé :

« 

**** lol, c’est un peu trop cette phrase ! … Je reste identity anglais, même que je réside en France. 😊 . Bien sûr je ne distingue pas entre les nationalités, les gens sont les gens.

« 

)

[La France : ses plus grands personnages sont belges, polonais, ukrainiens, d’Europe centrale ou de l’Est par extension, italiens, portugais ou sud américains, bien sûr africains, asiatiques, britanniques …]
Sa pratique du français m’apprend l’anglais véritable, cela tend des ponts possibles en riposte du tunnel… (attention à la future chanson de Cantat « l’Angleterre » au passage cf Les Inrocks papier du mercredi 11 octobre 2017 par JD Beauvallet)

 

Son activité est brûlante, voire explosive, monsieur Radiobomb, Alex, au passé musical engagé tumultueux, prend tout de même le temps de nous la livrer et bien plus encore ! Que du bonheur, de la joie, et du son. Et il est étonnant et plein de ressources ce garçon…

 À la genèse de l’identité Radiobomb, il y a bien une création de radio pirate, voici ce qu’en dit Alex Lipman l’instigateur… :

27/09/2017 : « 

_So for the origin of Radio Bomb ;

 

Fan of Pirate FM radio, and D-I-Y attitude, we built our first station in ’91 from components bought from Maplins, helped by a friend who was a legend in pirate FM circles called ‘the technician’.

Inspired by an anarchist magazine called ‘Radio is my Bomb’, the name Radio Bomb Fm was born.

We built 4 radiostations & 2 link boxes; a 30w 12v FM rig, a 50w 12v FM rig, a 100w 24v FM rig, a 200w 220v FM rig.

The 12v & 24v rigs were used from the truck [20T horsebox], or hidden in a forest with a truck battery.

Link-boxes were used for source-to-rig fm connection and the FM rig amplified the signal for broadcast.

This meant we often broadcast directly from the dj-mixer [via the link-box] for the whole party/festival/squat.

When we did an install [such as the CAES, ris orangis, paris, or ladronka, cz, or la corneuve, or Toulouse] we used the 220v rig.

The 50w rig was left in Cz [Prague] in ’94 with some motivated czechs !

We were travelling from ’91-2003 with the radio transmitter in the truck, and have made hundreds of transmissions.

Pirate radio united the underground dj’s and crews. It was pre-internet and mobile phone.

It was a principle communication tool for organisers and soundsystems, even sometimes emitting the location of the event at a meeting point, sometimes the event itself…

With the advent of the internet and web-radio, pirate FM stations became less important as communication tools, or for content, due to the local-only reach of FM. « 

Et puis bien sûr en super producteur, maîtrisant en indépendant tous les volets et les étages de l’invention musicale electro, il a ouvert et tient son propre studio portant le même préfixe que la radio pirate achevée (son pseudo, Radiobomb) :

 » _studio …. Radio Bomb Studios is a fully featured recording facility set in 220m2 of purpose built rooms. We have used natural materials throughout, and the acoustics are great [internal walls are straw-bale].
Large spaces, live-room ; Decks station [up to 4 technics mk2 + freevox dj7 (refurbished)] + 5kw Noise Control Audio PA + 1kw JBL sub + 1kw Mackie active monitors, Drumkit, bass amp, live rack [dbx gates, & dynamics processors, Fx]. Treated room acoustics.
Stone-room ; large reveb space [18 x 5 x 8]m with reflective surfaces
Control room ; large format console [Soundtracs CM4400], UA Apollo soundcard, loads of rack gear [dbx, drawmer,focusrite,aphex,klark tekniks, etc]
Iso-booth ; big enough for a full drumkit, and currently housing the vinyl cutter also.
Huge mic-park of top quality mics, see website for gearlist !
www.radiobombstudios.com
« Á propos de disques vinyles et ainsi de choix de sorties et de format musical :

« _vinyl …. I cut dubplates here in the studio, using a modified T560 Vinyl Cutter. The process can also make picturediscs as well as 12″,10″,7″,5″ vinyl. We cut to 100% vinyl, NOT acetate ! So our dubplates last like a pressed vinyl.
Each track is mastered here for vinyl before the cut. We recently cut 12″s for a dub soundsystem which included General Levy, Elephant Man, Toots & the Maytals,and other well know ragga featurings.
We cut for various record shops, micro-labels, Dj’s, Sound Systems, and bands, as well as for Radio Bomb Records.
Max quantity 30 units, very small runs only…. these are bespoke vinyl ! … We cut anything 😊
Anyone interested can get in touch. Files sent to us via ftp, vinyl sent by post back to you.
« 

 

 

 

09/10/2017 : 

Cependant, j’aurais peut-être une question étrange…

 

on peut parler valeurs et racines familiales?

ça m’est venu ainsi… aurais-tu un mot à dire sur tes parents ou grands-parents (je respecte souvent plus l’époque de mes grands-parents…) je suis de 1979…

c’est pas artistique ou musical… mais as-tu des valeurs familiales que tu portes ? bombardement de Londres, économie anglaise, ou encore peut-être guerre de 14_18…?

on peut se passer de cette question, mais si elle te tente, n’hésites-pas ! Du coup ton regard sur le Passé, et ton regard sur le présent et sur l’avenir…

 

Merci …

 

10/10/2017 : 

 

« 

Hi Dario,

interessante ton Q.

Donc, il y a 2 chose; famille (et generational), et politique.

D’abord Famille ;

Je suis anglais, mais habite en Fr donc je ne voit pas ma famille souvent. Ma famille est de London, et j’ai un frere et une soeur.  Quand je mix en UK ils sont souvent la.

Avant demenager en Fr j’etais en mode ‘travelling’ pendant 12 ans avec ma femme Gemma, mon frere, notre system [circus lunatek], et la radio.

Je suis toujours proche a mon frere, et on a fait des choses exraordinaire ensemble a l’epoque avant internet/mobilephones.

En fait en UK on etait une quinzaine des poids-lourds et bus en convoy, toujours independant mais participatif dans les evenements major aussi que nos propre soirees.

En perspectif parentale je crois que mes parents n’a pas totalement compris ce mode de vie, mais ils etaient toujours eux meme dans une role de society de leur generation.

Nous, on croiser les nouvelles chemins, plutot que suivre les anciens roles.

Pendant les decades ils ont reconnu que je prends les risques, et biensur ils ont inquietter pour moi [surtout a l’epoque de violence policier [gas CS, coups de baton, charges CRS, conviscation de materiel, etc] au tour de ’96-2003].

Mes grandparents etait des inventeurs, et tres creatif. Ils ont compris le ‘besoin’ d’adventure que ce vie me represente… peut-etre plus que mes parents !

J’ai la chance que notre famille est toujours  harmonieux. Jamais d’embrouille entre nous. C’est importante. J’essai d’inculcer le meme avec mes enfants !

 

le passe ; stricte et ‘neccessitaire’.

le present ; lax et ‘jetable’ par comparaison !… c’etait aux annees 60 que l’industrie a basculer vers le ‘cheap’ plutot que ‘quality’, et au jourd’hui on est entourer par objects ‘jetable’ pendant le mot ‘durable’ est transformer en sens.

Le Future ; technologie sera Roi, automation partout, et databases qui fait rever les future dictateurs.

 

Politique;

Anarchist de base. Ni Dieu, Ni Maitre. Ca reste mon slogan preferer. Tout est dit avec 4 mots.

Je ne suis pas pour le chaos complete, juste un reduction enorme de l’etat et institutions comme l’EU, et je suis pour le freedom individuel

Plus qu’il y a ‘big gov’, plus qu’il y a inefficacite, fraud, les frais flambe etc, et au meme temps moins qu’il y a autonomy locale. Je crois forte que c’est les gens locale qui sont mieux placer pour gerer leur locale [un peu comme le model suisse]. 

A l’enverse le plus grande l’etat, le pire qu’il servi les diverse besoins de son pays.

Aussi, un etat petit n’a pas le meme importance qu’un grand, donc ce culte de celeb au tour des homme pol va evaporer… c’est un grande problem de pol a ce moment, le politician celebre. Fuck that. Ca reduit la vrai politique jusqua un concours de personality entre guigniols.

Un etat ‘petit’ n’aura pas ce problem et peut avancer pour ces peuples plutot que la situation d’aujoud’hui ou les pols avance pour les multinationals et eux-meme.

Aussi, un bon anarchist est actif pour changer son monde vers le mieux. D’engager des gens en discours, et etre acteur actif dans la vie. Pas de role de mutton, plutot reveiller des muttons !

En terme d’humainty, ni dieux ni maitre est un tres bon base qui equilibre le jeux human entre nous. Ca casse les barrieres imaginaire au tour de ces egos,conneries,power,etc entre ‘eux’ et ‘nous’.

Cheers

Alex

« 

 

Et enfin nous parlions d’actualité explosive en début d’article, alors la voici la réelle raison de cet entretien…:

« 

  • 1 ; Current studio recording projects ;

Double album Little Limmie and the Bluebeat [22 tracks R&B].

Mastering work for  livesets [teasdub & others], and bands for vinyl release & on-line uploads.

Remixing tracks for other labels [le son etrange & others]

My own tracks for Radio Bomb release [project with Abraxxxas, etc], and other labels too [latest ; a track on 23H23 2×12″ EP, Toolbox]

 

  • 2 ; Radio Bomb Records ; The last album, ‘Pick & Mix’ as released on a 8Gb USB-stick. 20 tracks from 80-220 bpm. Any tracks can be cut to vinyl dubplate on commande.

We also released a second 8Gb USB-stick as a mixtape compilation with over 55hrs of radioshows, podcasts, and live recordings from the gigs direct. The content spans from ’94 to today !

Vinyl dubplates cut to order of any RB back-cat 😉

For Merchandising we have T’shirts, sweatshirts, and some back-cat CD’s & Dvd’s as well as bespoke dubplates.

 

  • 3 ; Dj Radiobomb ; Now signed to electrobooking.com and adzbooking.com

current gigs usually on the facebook.com/radiobomb page.

Next gigs are marseille, rennes, paris, toulouse, strasbourg.

 

  • 4 ; useful links

soundcloud.com/radiobomb

facebook.com/radiobomb

mixcloud.com/radiobomb

hearthis.at/radiobomb

radiobombstudios.com

« 

FIN DE TRANSMISSION, PSHHHEUHHH BOUM !

(Visited 145 times, 1 visits today)