Cher Dàrio,

Pas loin d’un an sans t’avoir vu, et mon con, je réalise qu’il me manque quelque chose. Certes, le dieu Facebook me permet de te contacter, mais, je suis un vieil aigri, et les cybers dialogues ne me suffisent plus.10669099_532841700180646_4117521107171970311_o

Le pire dans cette situation, c’est que c’est entièrement ma faute si nos rendez-vous ne sont plus possibles, à cause de mon gosier trop souvent sec, de mon être dépourvu de volonté et de mon véhicule dépourvu de pilotage automatique.

Bref, je vais pas te redire que je m’estime être le plus bas des humains, car tu sais trop mon point de vue sur ma personne et je te sais aussi faire partie des accidentés de la vie, qui au milieu de ce monde qui tombe à la renverse, se trouvent aussi inutiles que des parapluies au milieu du désert.

IMG2456Pourtant, on avait tout pour être heureux, confort capitaliste, sécurité familiale, tous ces trucs qui ont évolué avec le temps, et qui peut-être faisait rêver nos anciens. Mais avec le recul, j’en arrive à me demander quelle génération est la plus heureuse. Est-ce la notre, avec les avantages cités plus tôt? Les transports modernes raccourcissant les distances? Les médocs et autres vaccins, nous permettant de survivre à une vilaine coupure? Ou peut-être est-ce une autre génération, celle des années folles, où la culture et le pacifisme étaient la réponse à la grande boucherie de 14-18? Bien sûr, il n’était pas question de réfrigérateur, de radiateur, d’ordinateur, et tous ces mots qui se terminent pareils et sont souvent synonymes de qualité de vie, même sans tout ça, cette génération a connu le « bonheur »… Il y avait encore beaucoup de territoires inexplorés, que se soit en médecine, sciences, ou géographie. Les horreurs de la « der des ders » leur avait appris la valeur de la vie et que finalement, la grande Europe était une utopie…

Mais chaque bon moment voit sa fin trop vite arriver, et quand le ciel vint à s’assombrir du vol des Stukas, nos vieux réalisèrent et à perpétuité, que l’homme est mauvais, qu’il soit Français, Autrichien, ou Japonais. Paradoxalement, c’est en voulant imposer le concept alors nouveau de l’über-mench, que les nazis ont validé pour toujours la profonde aversion de l’homme pour sa supériorité intellectuelle, en se réduisant à la condition des animaux lambdas, qui se foutent sur la gueule pour protéger un terrier, ou voler celui de leurs congénères.IMG2045

Je sais, cette histoire à 70 ans, mais je trouve qu’on en est toujours au même point. Sauf que « l’ennemi », n’est plus teuton, il est méditerranéen, mais les deux ont un point commun, leur rage assassine et implacable est le fruit de trop d’humiliations, et leur capacité d’action, le fruit d’accords souterrains avec les grandes puissances qui leur mettent des baffes en public tout en leur caressant le chibre sous la table. Et dans ce grand dîner de cons, les convives se régalent de cette remise en place des choses, sans se douter que le digestif va leur être fatal. Hips.

IMG2325Bien sûr, la guerre est aujourd’hui propre et privatisée, personne ne va venir m’arracher à mon pétrin pour me coller un FAMAS dans les mains et m’ordonner d’aller bouffer du plomb pour sauver une démocratie déjà morte, mais c’est peut-être pire…me retrouver avec « deux abeilles de cuivre chaud » dans le bide, allongé au milieu d’un tas de mes semblables, tous morts et incrédules… Et tout ça parce que comme d’habitude, il nous fallait du pétrole, il nous fallait de la fraîche pour une campagne électorale, pis on a pas pu agir parce que si on faisait ça, on allait faire capoter je ne sais quel plan des USA qui au bout de 60 ans, n’ont toujours pas capté que les russes ne baisseront jamais leur froc, bref, tant de choses qui n’apparaissent  aucunement dans mon agenda. « la France est en guerre… » nous dit souvent le gouvernement, mais pour l’instant, c’est pas les militaires qui tombent le plus…(3 morts pour un an et demi d’opération Serval, 82 pour une heure et demie de concert…)…

IMG2336

Tout ce que je vois, c’est que le monde c’est Verdun, les politiques, des généraux à l’arrière, et nous autres, pauvres citoyens, sommes les poilus d’une bataille sans fin…Un parallèle est même possible entre les  traumatisés du front, qui à l’époque se faisaient traiter de simulateurs, alors que c’est leur corps entier qui refusait de les emmener à la bataille, et ceux d’aujourd’hui, à qui leur conscience leur dit de ne pas suivre le troupeau et que les gens biens appellent « complotistes »…

Enfin, j’arrête là pour aujourd’hui, j’ai une bière à finir. Amitiés désabuées et sincères.

Ertzin.

PS: Depuis quelques jours, j’ai peur de prendre le bus, j’attends une loi qui garantira mon entière sécurité pour venir te voir…

IMG2342

(Visited 23 times, 1 visits today)

2610total visits,1visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *