Le cinéma iranien… à Vesoul ! Et la relation Iran/France… partie 1.

Le cinéma iranien est un sujet vaste, enivrant, authentique, délicat et onirique. J’ai eu la chance de rencontrer à l’occasion du Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul quelques-uns de ses meilleurs représentants, réalisateurs, comédiens… Ainsi, légitimement, ce sujet me tenait à cœur de produire.

Pour comprendre la vision iranienne, il est bon de rappeler quelques faits : après la haute-Antiquité glorieuse de la Perse, l’état iranien est devenu islamique très tôt, puis la montée de la colère populaire et une demande de réforme mènent le pays à la Révolution constitutionnelle persane de 1906. L’Iran devient le premier pays moyen-oriental à faire une révolution et à se doter d’une constitution. Puis c’est en 1979 qu’a lieu la chute du Sha d’Iran (véritable empereur du pays), poussé vers la sortie par les américains, laissant place aux théologiens, les premiers à rétablir l’ordre dans le pays, avec l’aide des comités locaux connus sous le nom de Gardiens de la Révolution. Un autre fait marquant sera la guerre Iran/Irak dans les années 1980, marquant pour ces paroles retransmises ici.

 Ainsi, je vais dresser ce portrait de poésie cinématographique, de lutte engagée, de culture perse en commençant par la liste de ces personnes rencontrées :

on commencera par une exception, Hamid Nassiri est poète, rencontré lors de sa mise sous surveillance, à résidence, par l’équipe Sarkozy au Ministère de l’Intérieur, car dissident du régime iranien… en 2007. A Auvers-Sur-Oise, un gouvernement dissident, contestant le pouvoir en place en Iran est établit et dirigé par une femme : le Conseil National de Résistance iranienne.

Un article d’Iran Focus en rend compte sur ce lien.

Le poète venait également présenter au Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul en février 2007 son recueil franco-arabe « L’accent de l’eau ». Il était accompagné de Martine Sylvain, élue à cette époque pour le Parti Socialiste et représentante de la Ligue des droits de l’homme. Son assignation à résidence en France était le sujet principal de cet entretien de 35 minutes en écoute ici.

Petite biographie :
Hamid Nassiri est né à Ghazvin (Iran) en 1958. Il a passé ses études primaires et secondaires dans cette ville puis à Téhéran, et a obtenu son baccalauréat scientifique option mathématiques. Dès cette époque, il se familiarise avec la littérature et la poésie contemporaines, au sein d’une famille politisée. Ses poésies étaient engagées. Quelques-unes de celles-ci et quelques écrits furent publiés dans la revue  » le Keyhan des enfants  » ainsi que dans le quotidien  » Etela’at  » avant la révolution iranienne. Alors qu’il n’avait pas plus de 17 ans, deux de ses poésies ont été adaptées par des chanteurs. Après la révolution anti-monarchique, il quitte l’Iran pour la France. Ce voyage dure ainsi depuis 26 ans (en 2006), à cause de la dictature des mollahs, laquelle le poursuit. Certains membres de sa famille sont en prison. Une répression impitoyable frappe l’Iran depuis l’avènement de la dictature religieuse des mollahs. Hamid rejoint alors la résistance iranienne, avec pour objectif de contribuer à l’instauration de la démocratie en Iran. Depuis, il a écrit des centaines d’articles, des reportages sociaux et politiques, des essais, des poésies, des spectacles et des satires publiés par la presse iranienne en exil. Certaines de ces poésies ont été adaptées par les plus grands compositeurs iraniens et chantées par les meilleurs chanteurs du pays. Exilé dans l’Exil, Hamid, de son vrai nom Emamgholi, fut assigné à résidence à Vesoul, après la fameuse rafle contre l’opposition iranienne en France en juin 2003. La justice lui donnera raison après plus de dix mois sous la menace d’expulsion. De cet exil de Vesoul, il revient encore plus déterminé à poursuivre son combat pacifique avec dans le coeur l’amitié des amis qui l’ont soutenu dans ce coin de la France. Deux de ses recueils de poésies ont déjà été publiés en persan.  » L’accent de l’eau  » est son premier recueil de poésie publié en Français.

Le premier rencontré en 2004, est probablement celui qui a ouvert la voie avec son style appelé le « Scorcese d’Iran », Jafar Panahi. Celui-ci présentait son quatrième long-métrage Sang et Or (طلای سرخ, Talāye sorkh). Il a depuis gagné nombreux prix internationaux, s’est retrouvé enfermé en prison en 2010 en Iran. Je n’ai pas eu l’occasion de m’entretenir en 2004 avec lui.

Une très belle biographie est à retrouver sur cet excellent média : cinéma d’Iran!

Par contre en 2004, Abolzfaz Jalili (en persan : ابوالفضل جلیلی), rencontré par mes soins avec l’aide d’un traducteur que je remercie encore, Pedram, parle de son onzième long-métrage en tant que réalisateur, ABJAD, sorte de fresque de son pays suivant l’histoire d’un enfant devenant homme, à travers l’histoire récente évoquée du pays.

Ici un entretien de 25 minutes est à entendre, le réalisateur remporta le Cyclo d’Or du festival, cette séquence étant prise à chaud, au sortir de la projection.

 


Et puis j’ai connu nombreuses femmes, artistes iraniennes, à qui je voudrais rendre spécialement hommage … mais ce sera la suite à venir très vite… ainsi qu’un hommage à une famille géniale : Makhmalbaf. A très vite !

(Visited 147 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

CommentLuv badge