Archives pour l'étiquette thiéfaine

Un calendrier 2015 : philosophies, musiques et pin-up’s! (2ème semestre : 6 éphémérides)

HISTOIRE DU NOM DES MOIS OCCIDENTAUX- CALENDRIER ROMAIN:

  • Juillet : deux interprétations possibles : altération de l’ancien français juignet « juillet » proprement « petit juin » et du lat. julius (mensis), nom du 7e mois de l’année (proprement « mois de Jules, en l’honneur de Jules César, né dans ce mois, réformateur du calendrier romain) », le gn de juignet passant alors en ll de juillet.

  • Août : du lat. augustus, « consacré par les augures », substitué en l’honneur de l’empereur Auguste à Sextilis (mensis) (qui est le sixième mois après le printemps).

  • Les mois de septembre (de septem (mensis) : septième mois), octobre : lat. october (mensis) « octobre, huitième mois de l’année romaine » (dér. de octo : « huit »), novembre (novem : « neuf » ) et décembre (lat. class. december, dér. de decem : « dix », décembre étant le dixième mois de l’année romaine) ne se comprennent qu’en commençant l’année à l’équinoxe de printemps, au mois de mars.


Le second semestre se profile alors, poursuivons ce jeu calendaire « funky-philosophique ». L’année 2015 grignotée de sa moitié, arrivent alors les 6 derniers mois, deux saisons et demie.

Ainsi donc me basant sur un calendrier apostolique-romain, comme au premier épisode 2015, puis au second voici quelques allégations personnelles et illustrées.


Juillet pour JULIUS

Juillet serait donc référence à Jules César (Caius Iulius Caesar IV à sa naissance, Imperator Iulius Caesar Divus après sa mort ; autre titre : dictateur !). Son dernier jour est resté célèbre pour avoir été victime d’un attentat de la part de son « fils » Brutus.

Tout bonnement nous le choisissons ici en pin-up du mois : 

[Source : http://aguillon.info/tag/cesar]

Pourquoi Caius JULIUS CAESAR a-t-il donné son nom à un mois de l’année, au même titre que Janus (janvier), Mars, Aphrodite (avril) et Junon (juin), divinités gréco-romaines ?

Parce que cet homme qui fut tout-puissant à Rome (imperator ou général en chef, homme politique, pontifex maximus ou grand prêtre, et dictateur à vie) est devenu un dieu !

 

Côté musique, de l’historique….

René Binamé en 1996 : « Juillet 1936 » et le soulèvement catalan contre le fascisme franquiste.

Le 19 Juillet 1936, alors que les fascistes organisent un coup d’État contre la République espagnole, les ouvriers prennent les armes pour les en empêcher. Mais, loin d’eux l’idée de défendre la République, ils organisent la Révolution sociale et montre au monde entier, qu’ils est possible de reprendre sa vie en main ! René Binamé rend hommage à ces miliciens de la Liberté et de l’Anarchie !

 Et puis un incontournable Thiéfaine, occasion d’un de ses rares clips, « Le Touquet Juillet 1925 » (en rapport à la construction de l’Hôtel des Postes du Touquet Paris-Plage ouvert en 1927 [?], aux courses de l’hippodrome du Touquet en 1925 [?] bien avant les congés payés de 1936 ; Peut-être Ertzin saura-t-il nous le dire…? ) : « (…) le soleil joue sur nous (…) ». Juillet appelant le soleil…

… Le soleil appelant juillet, profitez-en !


Niagara, « l’amour à la plage » mais repris par le farfelu Eddy La Gooyatsh..!


Août pour AUGUSTUS 

Août pour un empereur des plus fameux parmi les guerriers, et des bonnes comme des mauvaises augures…

Jouons un peu… La source bateau mais fournie… :
Wikipédia (sic) nous apprend (…) »néanmoins le rapport de 1990 sur les rectifications orthographiques recommande l’utilisation de la graphie « aout », sans accent circonflexe.
Mais l’orthographe avec accent est prépondérante, et encore largement utilisée. »

(…)

« 

Historique

Son nom vient du latin Augustus, nom donné à ce mois en l’honneur de l’empereur romain Auguste en 8 av. J.-C.. Avant lui, dans l’ancien calendrier romain, août était le sixième mois de l’année et portait le nom de sextilis (de sextus, sixième).

(…)

En 8 av. J.-C., l’empereur romain Auguste décida d’ajouter un jour au mois d’Août, qui porte son nom, pour en avoir 31, soit autant que le mois de Juillet, qui lui était appelé ainsi en l’honneur de Jules César.
Ce jour a été soustrait au mois de février, qui à l’époque était le dernier de l’année.

(…)

Traditions religieuses

Dans la religion catholique, le mois d’août est le mois du cœur immaculé de Marie, qui est intimement uni au Sacré-Cœur du Christ présent dans l’Eucharistie.

(…)

 

 »

J’ajoute alors, pour Marie, se rendre aussi au mois de mai où elle s’incruste… 

Puisque je n’écrirai pas sur les étoiles et les astéroïdes cette fois, pour le mois d’aout qui le mérite en récurrences…

 

Et puis il y a ces « augures » donc, mot intéressant.. comme dirait l’autre participatif :

« Augustus » signifie « consacré par les augures », ce qui correspond à une quasi-déification. Il est devenu en quelque sorte celui dont la volonté est celle des dieux. En effet les augures étaient des sacrificateurs chargés de lire les signes du destins. La consécration par les augures tend à identifier le Prince à l’agent de la Fortune elle-même, à en faire l’homme du Destin. Après la christianisation de l’Empire, cette titulature nouvelle sera ensuite identifiée au pouvoir impérial romain sans lien apparent avec l’ancienne religion. »

Allez musique !! Ce n’est pas Wiki qui me la souffle…

 

SEPTEMBRE !

 

HOMMAGE AU PARRAIN VIRTUEL : HFT le véritable !

CECI EST UN SIMPLE HOMMAGE, un appel à chacun à se responsabiliser sur sa consommation de musique également, comme avec toute drogue de ce style..! La grande idée c’est d’aller vivre la musique en concerts !!!
L’artiste jurassien aux 17 albums studio méritait bien un hommage sur le média qui tire son nom d’une de ses productions.
18 titres coups de cœur sont à réentendre ici, 17 issus d’albums studio et une reprise télévisée.

Hubert-Félix Thiéfaine possède donc une œuvre des plus complètes, depuis 1978, l’homme change et demeure un stakhanoviste du verbe musical. Si 2012 l’a vu couronné de deux Victoires de la Musique en France, bien tardivement d’ailleurs, celui qui n’a jamais refoulé les médias (plus souvent banni) a rendu hommage à ses hommes-passions (Friedrich Nietzsche, Gustav Mahler, entre autres, parlant de la fin du XIXème siècle, des contemporains de la création de son label qui lui a toujours fait confiance, sa fierté d’y figurer : Sony Music, ancien COLUMBIA.) A noter, après ce discours consacré à sa victoire du meilleur album, sa victoire de l’interprète masculin de l’année fut dédiée à son proche encadrement de toujours [François Pinard & Francine Nicolas = Loreleï Production] et surtout à son public, non sans émotion, sachant ce qu’il lui doit et son étendue inter-générationnelle !

Il n’empêche que l’artiste est très attaché aux revenus d’un artiste et au travail d’une maison de disque. Il est donc délicat de proposer ici sur internet une « playlist » reconnue de sa carrière, puisque victime des vocations et passions qu’il suscite, le voila partout « piraté », publié, reconnu, et surtout par les fans anonymes rivalisant parfois de clips non-officiels.
Nos amis de Unfamous Radiostenza le diffusent à raison de deux titres lives par jour actuellement, et une radio lui est consacrée sur Radionomy….
L’équilibre entre les forces qui suivent l’homme et la production de celui-ci est donc difficile, même s’il est à la mesure de l’œuvre du poète.

Bref, commençons ce simple hommage de manière chronologique:

Récompenses

  • 1996 : prix de l’académie Charles-Cros
  • 2011 : Grand prix de la chanson française de la SACEM 4
  • 2012 : Victoire de la musique de l’album de chansons
  • 2012 : Victoire de la musique de l’artiste interprète masculin de l’année

Bibliographie

  • 1988 : Hubert-Félix Thiéfaine, de Pascale Bigot et Hubert-Félix Thiéfaine, Seghers (ISBN 2-232-10109-6)
  • 2005 : Hubert-Félix Thiéfaine : Jours d’orage, de Jean Théfaine, Éditions Fayard-Chorus (ISBN 978-2-213-62715-1). Édition revue et augmentée en février 2011 (ISBN 978-2-213-66143-8).
  • 2007 : Les chansons illustrées de Thiéfaine, de Christophe Arleston, Mathieu Lauffray, Nicolas Keramidas, Cromwell, Serge Pellé, Christophe Alliel, O.G. Boiscommun, Turf, Frédéric Bézian,Alessandro Barbucci, Laurent Colonnier, Riad Sattouf, Algésiras, Denis Bajram, Olivier Berlion… , Éditions Soleil (ISBN 978-2-84946-716-9)
  • 2009 : Entre 3 grammes et 5 heures du matin… Hubert-Félix Thiéfaine, de Jean-Charles Chapuzet, Éditions Presses Du Belvédère (ISBN 2-88419-157-7)

Documentaire

  • 2005 : « Sur les traces d’Hubert-Félix Thiéfaine », de François Bombard France 3 Bourgogne
  • 2012 : « Galaxie Thiéfaine : Supplément d’Âme », de Dominique Debaralle et Michel Buzon France 3 Franche-Comté
  • Il existe un documentaire consacré à Arthur Rimbaud en vidéo dans lequel HFT participe aux côtés de Patty Smith notamment… [Voyage en Rimbaldie]

 

 

Enfin terminons notre hommage mongol avec ceci qui nous touche très particulièrement…:

MERCI HFT !

Edito Mongol

  L’écrivain ne fait que répondre à des questions qui n’ont pas été posées.

Jim Morrison


 C’est dans les vieux pots que l’on fait la meilleure, la bonne, confiture !

Ainsi, votre serviteur Dàrio revient des cendres de feu Radiobing.org pour lancer un nouveau site d’infos tout culturel, RMIz… Différent de ce magma de news ruminées, sans intérêt REEL et surtout à régurgiter… Le but redevient d’innover avec un journalisme chez soi-même, en soi et in situ.

Notre seule éthymologie, nous la trouvons chez un chercheur et trouveur d’or ou de mots… :

Hubert-Félix Thiéfaine [Alambic / Sortie sud (1984)]

RADIO MONGOL Internationale :


« (…) comme ça, cette année-là exceptionnellement le 15 août
tombera un vendredi 13 et j’apprendrai par Radio Mongol
internationale la nouvelle de cette catastrophe aérienne
dans le secteur septentrional de mes hémisphères
cérébelleux, là où je mouille mes tankers de lucidité(…) »


 

Nous avons choisi collégialement, associative-ment, avec une nouvelle équipe (deux personnes ! car à plus on est une bande de c… disait à raison Brassens), une équipe donc de vieux pots, de rendre hommage à un artiste fascinant de droiture et gage de qualité culturelle : HFT, ( dit « le vieux » par mégarde, que je voudrais Diogène philosophe ultime en sa caverne ) Hubert-Félix Thiéfaine, en l’occurrence son titre « un vendredi 13 à 5h »

[Thiéfaine riposte à la luxueuse rumeur de sa disparition avec ce titre, (génialement arrangé par le compère Claude Mairet…) Rallumer la lumière de vos écrans sur des choses rares, des gens trop méconnus, (songe à Illuminations/Rimbaud)…]

L’équipe susdite se compose donc de Herr mister Ertzin et de moi-même Dàrio, votre serviteur…

Ainsi nous saluons cette obsession de la poésie et du chiffre, une dose de philosophie moderne et contemporaine conduira notre ligne éditoriale, nous éloignant je le souhaite des débats politiques, pour mener d’autres campagnes de connaissances.

rmiZ


Enfin, au commencement est également la rencontre, nos entretiens privilégiés verront jour ici-même, sur le Grand Froid Electrique, l’écran, l’Internet, RMIz… (à venir François Corbier, Morteau Morille, Jean-Hugues Anglade, etc… surprises sur prises !)


Une certaine critique de la jeunesse a fondé notre envie entre vieux sur cette antenne, une radio écrite, nous traiterons alors de quelques dossiers, thématiques, exercerons une véritable Radiographie de nos vies, envies, … enquêtes !


Zéro pub, contre promotion amicale, rencontres et paroles… Essayons de déjouer le paraître… mais rester narcissique à travers le miroir de l’écran et prendre les paris de poésie et de la philosophie (les philosophies et arts de vies).
Zéro matériel quasiment, réduits au minimalisme, zéro revenu, zéro moyen, j’ai voulu tester une théorie que je pense soulevée par Jim Morrison (mais dont je ne retrouve encore pas référence) : le zéro absolu. Philosophie certainement empreinte de Nietzsche, sauce Jim, qui voudrait que tout homme puisse recommencer sa vie à tout moment, chose qu’il théorisa, que le fantasme voudrait accompli par lui, la légende seulement, mais laissons planer ce doute, RMIz incarne un certain ZERO !

Cher lecteur, entre ici si tu comptes plutôt muscler que reposer tes méninges et neurones, ou encore les remuer… L’Emotion est-elle première ?