Archives pour l'étiquette Jean Ferrat

Le cheval dans l’œuvre d’HFT…

Schéma évolutif du cheval.

Retour aux bonnes habitudes, celles de célébrer l’artiste qui a inspiré ce média… Ainsi, l’idée apparaît comme évidence : les citations et représentations du cheval dans l’œuvre d’Hubert-Félix Thiéfaine..! Quelle idée ! Malheureusement cet article restera une ébauche et pas une thèse étudiante… Sans logiciel analysant toutes les paroles des chansons de l’homme, nous nous pencherons sur un simple surf lié à certaines connexions de souvenirs de textes marquants.

C’est un nouvel angle d’attaque de notre icône Mongol commun comme nous l’avons fait avec calendriers ou thèmes du parrain virtuel RMI’Z, passion commune des fondateurs Ertzin et moi-même votre humble serviteur…

Taille comparée entre un poney Shetland et un cheval de selle.

Ma grande idée du présent serait de défendre le vin biodynamique contre les sulfites, à l’image de la célébration du « cheval, compagnon de labeur » à la charrue dans la vigne, par exemple… Ainsi je replace le canasson en meilleur ami de l’homme au détriment du descendant du loup…

Cet aparté me tient à cœur : 

« Le cheval compagnon de labeur » évoque le passé, ce fut une exposition aux Archives départementales de la Haute-Saône, un livre s’y rapportant et une série d’entretiens audios que j’eus avec un très ancien de Colombier en semi patois… où celui-ci m’évoquait l’importance et la valeur dans l’agriculture ou le transport de l’équidé avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale, réquisitionné d’office plutôt que le bœuf dans ce village par les allemands occupants. Le plan Marshall, l’avènement du tracteur américain, l’assassinat de l’agriculture a épuisé le cheval et l’agriculteur… donc tous les atouts du continent européen…

Schéma des parties externes du cheval.

Et puis si le cheval est un ami, bien élevé, bien nourri et aimé alors on peut le manger ! Miam ! C’est aussi de l’amour ! Ne soyons pas hypocrites, nous avons été formatés dès notre enfance à cette éventualité avec le copain Poulain ! Ah ah!

 

 
Bref, trêve d’avis personnels, revenons à nos moutons, ou plutôt notre sujet annoncé, sans s’égarer.

LE Cheval CHEZ HFT :

1980:

SCORBUT :[chanson mignonne, tradition paillarde, pour les filles de la Rochelle ! ]  à 2minutes 20 : « (…) cheval deux trois » référence au Cheval de Troie dans la construction musical du morceau…: 1, 2, 3, quatre …!

 

Nous aurions pu évoquer avant ce titre sur l’album précédent « la fille du coupeur de joint » fameuse « (…) sur un chariot chargé de paille, sur un chariot chargé de foin (…) » que l’on présumerait tiré par un équidé… Tout cela pour finir à « (…) pédaler dans les nuages au milieu des petits lapins (…) », lapin qui pourrait être un animal totem tout autant comme dans l’intro de la chanson « comme un chien dans un cimetière » … etc… [Et côté bestiaire, gros faible pour le dernier album avec « En remontant le fleuve » et cette idée saumonée de la vie…].

 

 

1982:

 

LES DINGUES ET LES PAUMÉS :

« (…) mon cheval écorché

m’appelle au fond d’un bar (…) »

Voici une mystérieuse évocation et il faut absolument ne pas tout expliquer et entretenir des mystères ici-bas…. 

Document de choix, exceptionnel, par notre ami collègue Michel Buzon

Courte interview de Thiéfaine par Michel Buzon + CLIP « Les Dingues et les Paumés » 1982 (extrait de l’album « Soleil Cherche Futur » : https://itunes.apple.com/fr/album/sol…) Paroles : Hubert-Félix Thiéfaine / Musique : Claude Mairet (arrangements, guitare, percussions électroniques & choeurs) / Orgue et piano Fender : Gilles Kusméruck

Retrouvez Thiéfaine sur son site officiel : http://www.thiefaine.com 
ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/hfthiefaine
ou sur twitter : https://twitter.com/hfthiefaine
ou sur Instagram : https://instagram.com/hfthiefaine

Les dingues et les paumés jouent avec leurs manies
Dans leurs chambres blindées, leurs fleurs sont carnivores
Et quand leurs monstres crient trop près de la sortie,
Ils accouchent de scorpions et pleurent des mandragores
Et leurs aéroports se transforment en bunkers,
À quatre heures du matin derrière un téléphone
Quand leurs voix qui s’appellent se changent en revolvers
Et s’invitent à calter en se gueulant « come on ! »

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d’une inconnue
Ils voient des rois-fantômes sur des flippers en ruine,
Crachant l’amour-folie de leurs nuits-métropoles
Ils croient voir venir dieu ils relisent Hölderlin
Et retombent dans leurs bras glacés de baby-doll

Les dingues et les paumés se traînent chez les Borgia
Suivis d’un vieil écho jouant du rock ‘n’ roll
Puis s’enfoncent comme des rats dans leurs banlieues by night,
Essayant d’accrocher un regard à leur khôl
Et lorsque leurs tumbas jouent à guichet fermé,
Ils tournent dans un cachot avec la gueule en moins
Et sont comme les joueurs courant décapités
Ramasser leurs jetons chez les dealers du coin

Les dingues et les paumés s’arrachent leur placenta
Et se greffent un pavé à la place du cerveau
Puis s’offrent des mygales au bout d’un bazooka
En se faisant danser jusqu’au dernier mambo
Ce sont des loups frileux au bras d’une autre mort,
Piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal
Ils ont cru s’enivrer des chants de Maldoror
Et maintenant, ils s’écroulent dans leur ombre animale

Les dingues et les paumés sacrifient Don Quichotte
Sur l’hôtel enfumé de leurs fibres nerveuses
Puis ils disent à leur reine en riant du boycott :
« La solitude n’est plus une maladie honteuse
Reprends tes walkyries pour tes valseurs maso
Mon cheval écorché m’appelle au fond d’un bar
Et cet ange qui me gueule : « Viens chez moi, mon salaud »
M’invite à faire danser l’aiguille de mon radar

 

SOLEIL CHERCHE FUTUR :

« (…) et je traine les PMU avec ma gueule de bois (…) »

 

 

2001:

LES FASTES DE LA SOLITUDE (album « Défloration 13″) :

Uther Pendragon Illustration d’Howard Pyle (1903)

 

Joseph d’Arimathie, portrait par Le Pérugin.

« (…) Joseph d’Arimathie & Uther Pendragon Chevauchent de vieilles juments au bord de l’extinction (…)« 

 

Joseph d’Arimathie & Uther Pendragon ces deux personnages sont imaginaires, qu’en est-il alors de leurs vieilles femelles cheval..? Je vous laisse imaginer une extinction légendaire !

Pour ce titre est également question de Dürer et de sa gravure « Le chevalier, la mort & le diable », mais nous revenons plus loin dans cette page à propos du « DICOTHIÉFAINE »

 

  • Chant : Hubert-Félix Thiéfaine
  • Guitares, Claviers : Franck Pilant
  • Guitares : Hugo Ripoll
  • Basse : Roberto Brio
  • Batterie : Marcello Surace, Régis Ceccarelli
  • Chœurs : Franck Pilant, Maïdi Roth, Manuel Bachet

 

Les fleurs de rêve obscur secrètent de noirs parfums
Dans la féerie marbrée des crépuscules forains
Théâtre d’harmonie / panorama lunaire
Aux délicieuses lenteurs de cortège funéraire
Où les âmes nuageuses nimbées de sortilèges
S’évaporent dans l’ivresse glacée d’un ciel de neige
Banquises phosphorescentes & bleue mélancolie
Qui projette ses violons sur d’étranges rhapsodies
Aux étranges accords sous d’étranges latitudes
Qui te révèlent les fastes de la solitude

Les femmes-oiseaux perdues dans leurs sombres dimanches
Ont sorti leurs précieux colliers de souris blanches
& dansent la sarabande frivole des courtisanes
A la mémoire d’amants noyés dans leurs arcanes
Odeurs de mandarine & rafales de cannelle
Mélodies cristallines & vapeurs d’arc-en-ciel
Là–bas sous un tilleul, à l’ombre d’une fontaine
Notre-Dame de la nuit distribue l’oxygène
& le septième cercle de la béatitude

 

Te révèle les fastes de la solitude

La princesse aux camées fait blinder sa pâleur
Pour franchir les spirales du miroir intérieur
Pétales rapaces d’une hydre aux yeux de tarentule
Dans le tumultueux chaos des particules
Mandalas schizoïdes & soupirs féminins
Sur les claviers bulbeux des orages clandestins
Sépultures de valium pour voyageurs-vampires
Errant dans les sargasses d’un océan martyr
& le doute qui ravage même tes incertitudes
Te révèle les fastes de la solitude
Joseph d’Arimathie & Uther Pendragon
Chevauchent de vieilles juments au bord de l’extinction
& cherchent l’asile de nuit au milieu des pylônes
Rouges-iguane & oranges brûlés des soirs d’automne
Leurs druides au bec-bunzène en livrées de valets
Te préparent un cocktail dans leurs tubes à essai
Plus rapide qu’une Aston dans les mains de Shelby
Tu reprends l’avantage au treizième Martini
& l’ineffable attrait pour les bars d’altitude
Te révèle les fastes de la solitude

Le chevalier, la mort & le diable s’enfuient
Des pinceaux de Dürer pour absorber la nuit
Tandis que Mélusine aux longs cheveux défaits
T’organise une party dans la brume des marais
& dessine sur ton membre une cartographie
Des ténèbres où t’attendent quelques maillons maudits
Puis traverse le désert jusqu’à la Thébaïde
Où la fée méridienne de tes éphémérides
Extirpant ton sourire poisseux de l’habitude
Te révèle les fastes de la solitude

 

Et à propos d’Uther Pendragon, dans notre culture populaire moderno-télévisée, comment ne pas songer au formidable travail d’Alexandre Astier…: KAAMELOTT !!!

 

2005:

CONFESSION D’UN NEVER BEEN (album « Scandale Mélancolique« ) :

(ma référence équestre préférée touchant à la folie de Nietzsche)

Nietzsche lit Dostoïevski et devient fou

 

 

2014:

AMOUR DÉSAFFECTÉ : (album « Stratégie de l’inespoir« ) :

 Si cet article est né c’est bien sûr pour ce titre issu du dernier album … »Amour désafecté« .
Il y a cette image désuète de chevaux, saisis en pleine course, « au pied de l’arc en ciel »… Comment ne pas voir ce papier peint ou calendrier des postes des années 1970-80 en couleurs…(?) comme renvoyant au titre « Médiocratie » du même album mais avec un soleil glorieux …

« (…) devant toutes ces news qui nous soûlent
ces flashs qui nous anesthésient
DJ God a perdu la boule
& mixe à l’envers nos envies 
devons-nous croire à un réveil
dans l’au-delà des jours fériés 
avec la photo du soleil
brillant sur nos calendriers ?  (…) »

La chose dite abstraite, métaphore nostalgique, est embellie par l’art d’écriture de monsieur H-F THiéfaine… La musique signée J-P NATAF n’en fait pas trop, dosant ce qu’il faut pour nous transporter dans cette course désertique rythmée et mélodique. Aucun apitoiement, juste un constat sans drame d’une expérience de vie aussi rodée fut elle.

Auteur: Hubert-Félix Thiéfaine

Compositeur: Jean-Philippe Nataf

Editeurs: Lilith Erotica,Malifusic

 

les chevaux sont partis courir 
là-bas au pied de l’arc en ciel 
ils emportent le souvenir
de nos baisers chargés de fiel 
les chevaux sont partis courir 
je crois que je vais faire pareil 

la rouille fait grincer les couleurs
dans le matin à contre-jour 
nos regards en apesanteur
fixent le point de non retour 
la rouille fait grincer les couleurs 
& bloque les issues de secours 

c’est juste la fin maintenant 
d’une histoire qui tombe en poussière
c’est juste la fin maintenant 
d’un amour sinistre & désert 

inutile de nous retourner
sur les raisons de nos mensonges 
de nos certitudes incrustées
au plus profond creux de nos songes 
inutile de nous retourner 
sur le mal caché qui nous ronge 

c’est juste la fin maintenant 
d’une histoire qui tombe en poussière
c’est juste la fin maintenant
d’un amour sinistre & désert
c’est juste la fin maintenant 
d’une histoire qui tombe en poussière
c’est juste la fin maintenant 
juste la fin maintenant

les chevaux sont partis courir
là-bas au pied de l’arc en ciel 
les chevaux sont partis courir 
je crois que je vais faire pareil

Et puis sur le site officiel d’HFT, il est mis à disposition un outil formidable, le « dicothiéfaine » qui relate quelques définitions extraites de sa flore crânienne…:

LEXIQUE :

En « C », pas d’entrée « cheval », on passe de « Chancre » à « Chirouble »…:

Chancre : 1. Ulcération qui marque le début de certaines infections (maladies vénériennes, maladies infectieuses). Chancre syphilitique, lépreux. Chancre mou: chancrelle. 2. Maladie des arbres, provoquée par un champignon, qui détruit l’écorce et réduit le bois en pourriture. Syn. ulcère.

Chirouble : Cru du Beaujolais.

Avant « Ch » on trouve le très intérressant Caroussel :

Carrousel : n. m. 1. Tournoi, parade où des cavaliers exécutent des joutes, des courses, des exercices divers. ­ Lieu où se donne un carrousel. Un carrousel bruyant d’automobiles. 2. Dispositif de manutention constitué par un plateau, des éléments, etc., tournant autour d’un axe vertical. Carrousel de distribution des bagages d’une aérogare.

 

Puis on peut aussi s’amuser à trouver ces définitions suivantes :

Licorne : 1. Animal fabuleux, cheval à longue corne unique implantée au milieu du chanfrein. 2. Licorne de mer : narval.

Dürer : (Albrecht) (Nuremberg, 1471 ­ id., 1528), peintre et graveur allemand. Unissant styles italien et flamand, il est le type même de l’homme de la Renaissance, tourmenté toutefois par l’inquiétude religieuse. Bien qu’il soit un coloriste raffiné (l’Adoration de la Sainte Trinité, 1511), le graveur surpasse le peintre et l’aquarelliste par la précision et la force de son dessin: 15 planches de l’Apocalypse (bois, 1498); le Chevalier, la Mort et le Diable; Saint Jérôme dans sa cellule et Mélancolia (cuivres, 1513-1514).

Duerer – Ritter, Tod und Teufel (Der Reuther)

 

Enfin il est fait référence aux mots « cheval » et « chevalerie » ici aussi :

Hybride : 1. Animal ou végétal qui résulte du croisement de deux sujets d’espèces différentes. Le bardot est un hybride de cheval et d’ânesse. Caractère hybride: chez les êtres vivants diploïdes, caractère que gouverne une paire de gènes allèles mutés l’un par rapport à l’autre. 2. Mots hybrides, formés de radicaux empruntés à des langues différentes. «Bigame», formé du latin «bis» et du grec «gamos», est un mot hybride. 3. Qui utilise à la fois le calcul numérique et le calcul analogique, en parlant d’un matériel informatique.

Mélusine : personnage fabuleux, fille d’une fée, qui pouvait se métamorphoser partiellement en serpent. Les romans de chevalerie et les légendes du Poitou font d’elle l’aïeule et la protectrice de la maison de Lusignan.

 

 

 

Et après Thiéfaine, voici les évocations en 5 chansons pour 4 artistes français de notre ami solipède…

 

GEORGES BRASSENS / PAUL FORT

1953

Le poème de Paul FORT mis en musique par Georges BRASSENS demeure aussi quelquechose des plus émouvants pour la poésie française, présenté traditionnelement aux enfants et formant à la mélancolie et au tragique.
Ainsi toute leur « relation » est magnifique… 

Document d’exception par cette étude liée ICI.

 

JACQUES BREL

Dans son écriture et interprétation florissante, le cheval est légion…! Cependant ces quelques vers, et cette chanson, qui m’émeuvent particulièrement, sur son ultime opus… « La ville s’endormait » [sorti en 1977 chez Barclay]… où l’on peut trouver un clin d’œil à Jean Ferrat  chahuté sur un désaccord misogyne du Grand Jacques à découvrir par soi-même.

« (…) et mon cheval boueux et mon cheval qui boit et moi qui le regarde (…) »

La ville s’endormait 
Et j’en oublie le nom 
Sur le fleuve en amont 

Un coin de ciel brûlait 
La ville s’endormait 
Et j’en oublie le nom
Et la nuit peu à peu
Et le temps arrêté
Et mon cheval boueux
Et mon corps fatigué
Et la nuit bleu à bleu
Et l’eau d’une fontaine
Et quelques cris de haine
Versés par quelques vieux
Sur de plus vieilles qu’eux
Dont le corps s’ensommeille

La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Et mon cheval qui boit
Et moi qui le regarde
Et ma soif qui prend garde
Qu’elle ne se voit pas
Et la fontaine chante
Et la fatigue plante
Son couteau dans mes reins
Et je fais celui-là
Qui est son souverain
On m’attend quelque part
Comme on attend le roi
Mais on ne m’attend point
Je sais depuis déjà
Que l’on meurt de hasard
En allongeant les pas

La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Il est vrai que parfois près du soir
Les oiseaux ressemblent à des vagues
Et les vagues aux oiseaux
Et les hommes aux rires
Et les rires aux sanglots
Il est vrai que souvent
La mer se désenchante
Je veux dire en cela
Qu’elle chante
D’autres chants
Que ceux que la mer chante
Dans les livres d’enfants
Mais les femmes toujours
Ne ressemblent qu’aux femmes
Et d’entre elles les connes
Ne ressemblent qu’aux connes
Et je ne suis pas bien sûr
Comme chante un certain
Qu’elles soient l’avenir de l’homme

La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Et vous êtes passée
Demoiselle inconnue
À deux doigts d’être nue
Sous le lin qui dansait

 

 

 

BOby LAPOINTE

Une autre manière de célébrer la monture habituelle, comme je le conseillais en début ..: manger le pote ! Ici le clip MUSICOLOR. 18 oct. 1969 !

Et puis les deux originales de ce tourbillon de chanson française !

Boby Lapointe – Saucisson De Cheval n° 1 (1966) – YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=jjD9WzW6dK4

Bobby Lapointe – Saucisson de cheval n°2 – YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=byZ9b8Rastc
 

 

 

SEXY SUSHI

Et comment ne pas songer au superbe titre CHEVAL de Sexy Sushi en 2008 pour en terminer au trot !

Allons, c’est fini pour ce galop, ne vivez pas ferrés !

Le moustachu.

Voici pour moi, venue l’heure de vous parler d’un moustachu, mais pas d’un hipster qui, à court d’imagination, n’a d’autre choix que de puiser dans le passé des idées périmées, pour mettre en avant un style qu’il est convaincu d’avoir inventé. Le revival des chemises canadiennes, des baskets flashys montantes et donc de la moustache, est l’aveu d’une impossibilité de création.Quand on a pas de talent, on se sert chez les autres, ou on déterre quelque chose que l’on pense oublié, mais, amis mongols, il s’en trouvera toujours parmi nous pour veiller au grain. Cette moustache là,  fut adoptée en 1967, c’est à dire, quand les parents des dits hipsters n’étaient même pas encore, ni dans la tête, ni dans les burnes de leurs propres géniteurs. C’est la moustache d’un guérillero, d’un pourfendeur du système, celle d’un gars qui un jour, plutôt que de choisir entre l’épée et la plume, a pris un raccourci et a décidé d’écrire avec son glaive.

Après la sortie d’un disque-hommage, laissez moi vous parler de celui qui naquit sous le nom de Tenenbaum, évolua avec celui de Laroche et éclata à la gueule de la France avec le nom de Ferrat, Jean Ferrat.


LIEN : l’ELOGE DU CELIBAT.

 

Ferrat, c’était l’empêcheur de tourner en rond, connu pour ses textes poétiques, son amitié avec Aragon, et ses saillies verbales, couronnées régulièrement de censure. Ce qui n’est plus guère arrivé de nos jours, sauf pour quelques rappeurs un peu trop usagers d’images explicites concernant la justice ou les choix professionnels des mères de nombre de policiers.

 

 

Ferrat, la censure, il se la mangeait violemment en sortant un titre, en pleine période de réconciliation Franco-Allemande, en 1963. Ce qui est révélateur, ce n’est pas que l’ORTF déconseille la diffusion du titre « Nuit et Brouillard », c’est que le public ne suive pas aveuglément les « conseils » de certains dirigeants, mais au contraire plébiscite la chanson, qui vaut à Jean Ferrat, le prix de l’Académie Charles-Cros (qui récompensera plus tard, notre parrain virtuel, HF. Thiéfaine, pour son album « La tentation du bonheur », en 1996).
Ce désaveu du public pour la campagne de diversion audiovisuelle concernant la Shoah, à mon sens nous prouve deux choses, que les français, n’ont pas besoin des hautes sphères pour se forger une critique et une conscience culturelle, et qu’à peine 20 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, le peuple français ne se sentait aucunement responsable des agissement de l’occupant, même s’il fut secondé par le gouvernement de Vichy.

 

 

En 1965, dans l’émission « Têtes de bois », ce qui devait être le « Taratata » de l’époque, avant que Ferrat ne chante « Potemkine », le directeur d’antenne, très ami avec C. de Gaulle, refuse et demande à l’auteur-interprète de produire un autre titre. Jean Ferrat refuse, et quitte le plateau. Les télévisions remettent le couvert, trois semaines plus tard, cette fois-ci lors de l’émission « Télédimanche ». Georges Guétary remplacera Jean Ferrat, qui aura encore refusé de chanter une autre chanson.

 

 

Après un voyage très maquant à Cuba, Jean Ferrat revient avec cette moustache définitivement sienne, et un disque, « Ma France ». En 1969, le titre éponyme, est une déclaration d’amour à la France, celle qui « répond toujours du nom de Robespierre ». Dans celle-ci, il s’attaque aux gouvernants (« Cet air de liberté dont vous usurpez aujourd’hui le prestige »), ce qui entraîne son interdiction d’antenne, la chanson jugée trop politique. Ferrat refusera de passer à la télé sans elle et patientera deux ans. C’est Yves Mourousi qui l’autorisera, rompant la censure, en 1971.

 

 

Plus tard, sur Antenne 2, lors de l’enregistrement d’une émission de Jacques Chancel, Jean Ferrat interprète « Un air de liberté ». La performance de Jean, disparaîtra de l’émission, lors de sa diffusion. La direction de la chaîne a cédé à Jean d’Ormesson, alors directeur du Figaro, qui s’estime diffamé. Ferrat s’explique: « Je n’ai rien contre lui, contre l’homme privé. Mais c’est ce qu’il représente, (…) la presse de la grande bourgeoisie qui a toujours soutenu les guerres coloniales, que je vise à travers M. d’Ormesson ». Finalement le chanteur obtient de lire une déclaration préalable expliquant pourquoi l’émission est tronquée.

 

 

Voilà ce qu’il nous manque peut-être, de la poésie, de l’engagement profond, bref, l’artiste lucide. Et ce n’est pas dans ce qu’on nous sert à l’heure qu’il est, aux moyens de médias surannés comme la radio, ou vomitifs comme la télévision, qu’on trouvera de quoi se rassasier, nous autres mongols, qui avons toujours faim de justice et d’idéal.