Archives pour l'étiquette besançon

Triple triptyque sonore…

Comme à notre habitude, un peu de « journalisme » fermenté, archéo du passé touchant au présent… Bonifiée..?

Admettons comme point de départ un homme, un ami, Rob Da Noize, admettons qu’il soit un sacré agitateur de talents, contenus en lui, mais aussi connus par lui, il s’agit d’un hommage alors au travail et à la modestie,

FLYAinsi, celui qui n’est plus depuis longtemps étudiant sévit depuis plus de dix ans sur une Radio Campus, celle de Besançon en l’occurrence, et puis, son émission BASS CULTURE, a repris ce mardi, sur ce créneau et cette fréquence historique.
Alors, RMI’z propose cet article parmi d’autres, de 2 soirées parmi d’autres, c’était en 2008, avec les 3 entretiens avec Ghislain Poirier, avec Dj Zebra, avec Electrosound

Rencontre DJ Zebra, 26 minutes audio :


 

  Rencontre Electrosound, 6 minutes audio :


 

Rencontre avec le québécois Ghislain Poirier, 11 minutes audio :


 

 

Et faisons le lien avec les milieux étudiants, Besançon, la sociologie et les langues, avec la mise en lumière du partenariat RFI et CLA en 2015 cette fois. [Radio France Internationale et Centre de Linguistique Appliquée].

 Ainsi 2 sélection d’émissions-chroniques :


 

BONNES ÉCOUTES, bons voyages.

(Visited 307 times, 1 visits today)

RUBBISH DeLuxe..!

Une nouvelle production de Rubbish [ cutpaper ; new romantic ] est à retrouver à Paris, dans le 13ème arrondissement, Galerie MATHGOTH, non loin de la BNF.

Son nouveau travail présente des matériaux nobles alliés à la simple découpe du papier, mais façon orfèvre, sur carnet Moleskine et feuilles d’or 24 carats.
Comme le confie volontiers la gérante de la galerie MathGoth, Mathilde Jourdain, le matériau du carnet Moleskine relève d’une grande symbolique, ayant servi par le passé tant à Hemingway, Van Gogh (entres autres nombreux noms) et présent dans les chansons (concernant cette fois les sièges cuir de Moleskine) de Noir Désir ou Hubert-Félix Thiéfaine, son utilisation tant écrivaine qu’imagée fait rêver son manipulateur de la découpe. Cet ouvrage de quelques cadres est précis, chiadé, teinté de romantisme renouvelé et certain. Sombre lumineux.

Celui-ci a même joué le jeu de produire une série dédiée à l’exposition et sa salle, en plus de faire une performance en guise de vernissage sur le mur frontal avec un collage de papiers découpés.

C’est à voir jusqu’au 26 novembre 2014…

Petite galerie de cette exposition au cœur de ce quartier rénové :

IMG1637 IMG1639 IMG1641 IMG1643 IMG1651

Auparavant, Aurel Rubbish, originaire de Vesoul, ex-musicien autodidacte electro & tekno, a fait ses armes de graphiste de rue à Besançon, d’abord dans le total underground, avant d’être touché par la reconnaissance de la ville jusqu’à lui réaliser des commandes.

IMG_4024

Lui même se disait en 2010, à cette époque de travail anonyme, inspiré de Banksy bien sûr, mais surtout de Ernest Pignon Ernest par exemple (et d’autres, demandez-lui !)…. Il a depuis fait son chemin, en Suisse, à Paris et qui sait ailleurs???

Petite galerie de son oeuvre bisontine underground en 2010 :

Rubbish est un artiste haut-saônois d’abord, puis bisontin et parisien puis universel… Bref, je rends hommage à la Haute-Saône, au cœur d’une Franche-comté devenant une sorte de Kentucky local (sic) en citant d’autres travailleurs graphiques acharnés tels MELN ou SAN Art..!

Bises à vous les comparses!

meln san

 

 

(Visited 12 times, 1 visits today)

Fernando ARRABAL, l’homme qui a connu l’homme!

Ce personnage est parmi nous! Fernando Arrabal réside à Paris depuis plusieurs décennies, y ayant côtoyé Morrison, Picasso, Ionesco, Dali, Beckett, Duchamps et cette liste ne finit jamais… Maître d’échecs, de théâtre, de savoirs et de réflexions…, auteur de centaines de livres de poésie, Arrabal dit tout et n’importe quoi avec talent et précision…! Subtilement! Subversivement?

 

Les comédiens de Talon Pourpre autour du maître

Les comédiens de Talon Pourpre autour du maître

Petit copié-collé de Wikipédia pour l’introduction de la fiche du monsieur!

Fernando Arrabal, né le 11 août 1932 à Melilla (Espagne), est un poète, romancier, essayiste, dramaturge et cinéaste espagnol.

Il vit en France depuis 1955, et est un « desterrado ».

Il a réalisé sept longs-métrages. Il a publié une centaine de pièces de théâtre, quatorze romans, huit cents livres de poésie, plusieurs essais et sa célèbre Lettre au général Franco du vivant du dictateur. Son théâtre complet est publié en de nombreuses langues (en deux volumes de plus de deux mille pages).

Il est cofondateur du mouvement Panique avec Roland Topor, Christian Zeimert et Alejandro Jodorowsky, et Transcendant satrape du Collège de ‘Pataphysique depuis 1990.

Ami d’Andy Warhol et de Tristan Tzara, il a passé trois années avec le groupe surréaliste d’André Breton. Le critique dramatique Mel Gussow (en) l’a considéré comme l’unique survivant des « quatre avatars de la modernité ».

« Un théâtre fou, brutal, clinquant, joyeusement provocateur. Un potlatch dramaturgique où la carcasse de nos sociétés « avancées » se trouve carbonisée sur la rampe festive d’une révolution permanente. Il hérite de la lucidité d’un Kafka et de l’humour d’un Jarry ; il s’apparente, dans sa violence, à Sade ou à Artaud. Mais il est sans doute le seul à avoir poussé la dérision aussi loin. Profondément politique et joyeusement ludique, révoltée et bohème, elle est le syndrome de notre siècle de barbelés et de goulags : une façon de se maintenir en sursis. »

— Dictionnaire des littératures, Éditions Bordas


C’est donc à Vesoul, au Thèv, en mars 2009, que Fernando Arrabal est venu voir la présentation de sa pièce Fando et Lis, par la compagnie parisienne Talon Pourpre, et qu’il donna une conférence sur cette même pièce y incluant la thématique espagnole, de Vesoul, de Besançon, de Victor Hugo…

Ainsi retrouvez ici ces deux écoutes :

  • la première étant la conférence de mars 2009 au Thèv de Vesoul :

  • la seconde intitulée « Arrabal parlera de n’importe quoi » est une conférence parisienne ou d’exhibition intellectuelle, assez savoureuse, à peu près de la même époque :


 

On termine notre salut au maître avec quelques vidéos de confrères ou passages télé… trop rares!

(Visited 269 times, 1 visits today)