Archives pour l'étiquette Savagnin

Cédric PHILIPPE et mat !

Ici un article en mode entretien sans aucune rencontre… Interview e-mail pour le dire en anglo-saxon quasi germanique… (Entretien courriel, aussi pour le francophone avec le dessinateur Cédric Philippe…) Nous y évoquons son projet d’exposition et d’ouvrage « La petite épopée des pions », réel travail autour des damiers et du jeu d’échecs…

Chers lecteurs, tout d’abord, « Dobrý den » pour « bonjour » en tchèque… donc en slave ; « ça va-gnin? ça va ou bien ? » pour le dire en jurassien ! (Historiquement la manière dont HFT salua son public à la Saline Royale d’Arc-Et-Senans, Doubs, pour une prestation publique aux côtés d‘Aldebert il y a quelques années…)

Pastille issue du site Web de l’artiste.

Màxim Pozor :

Comment t’es venue l’idée et les inspirations de ton projet ? La librairie semble avoir proposée le concept à la médiathèque de Saint Claude mais comment ensuite vous êtes vous organisés autour d’un tel écrin ?

Cédric Philippe :

L’initiative vient de Françoise, de la Médiathèque du Dôme, qui avait beaucoup apprécié le livre La petite épopée des pions (texte d’Audren, illustration de moi-même, aux éditions MeMo). Elle m’a contacté, nous nous sommes rencontrés et avons établi ensemble un florilège d’événements autour du livre : l’exposition des illustrations originales, une succession d’ateliers créatifs et de rencontres avec des classes ayant travaillé sur le livre en amont, et une conférence pour clore le cycle où j’expliquais la création de mes autres romans, Les Fleurs sucrées des trèfles (à paraître en janvier) et S’il nous pousse des ailes, la trilogie sur laquelle je travaille en ce moment.
Rencontrer en personne les lecteurs et partager le processus de création sont deux choses importantes pour moi. Il s’agit des rares moment où l’on peut avoir des avis directs sur nos histoires et sentir comment elles sont reçues. Le livre est un objet merveilleux mais l’instant où il prend réellement vie, lorsqu’il est lu, a lieu loin de ceux qui l’ont créé et souvent des mois après la création. Or sentir ce qui se passe lors de cet instant est crucial pour pouvoir ensuite évoluer dans les prochains ouvrages : changer ce qui n’a pas marché, inventer de nouvelles manières de dire ce qui n’a pas été compris et aussi, et c’est peut-être le plus important, apprécier dans les yeux des gens cette étincelle qui montre que ce qu’on a partagé les a émerveillé ou transporté ou grandi.

Extrait du livre « La petite épopée des pions »
Couverture
du livre « La petite épopée des pions »

Màxim Pozor :

Y-débute à la médiathèque de Saint-Claude (au commencement d’avril 2019) des interventions de ta part. Tu nous raconteras ? Tu pourrais même nous révéler avant si tu as des attentes ou si c’est juste une intervention sans lendemain ?

Cédric Philippe :

Lors des ateliers créatifs, je partageais des méthodes simples pour imaginer des histoires particulières et les réaliser par le dessin et l’écriture. Certaines de ces astuces proviennent de Gianni Rodari et de sa Grammaire de l’Imagination, que je cite parce que c’est un excellent livre pour quiconque s’intéresse aux processus imaginaires, à l’utilité de la création en société et aux moyens simples et ludiques qui existent pour inventer seul ou à plusieurs des histoires extraordinaires.
Les adultes et les enfants participants aux ateliers ont été formidables, ils ont inventé l’extincteur qui lance des poulets sur les incendies (les poulets grillent parfaitement de cette façon), une famille de bicyclettes dont le rêve est de faire un salto arrière, les nuages à la bergamote ou encore un pays où les habitants mangent de l’argent et paient avec de la nourriture. Je ne me souviens plus de toutes les idées et d’ailleurs, je n’ai pas eu le temps de toutes les voir.
Cela peut sembler absurde, mais c’est aussi ce genre d’idées ou de regard dont, je crois, notre monde a besoin pour prendre du recul, se poser des questions naïves mais primordiales, rigoler ensemble, rester curieux et refuser parfois ce flux de merde qu’on nous enfourne par les yeux, les oreilles et le reste, tellement de merde qu’on se sent même plus que ça pue.

J’ai donc des attentes vis-à-vis de ces ateliers et conférences, qui ne sont qu’une poignée parmi une longue série (mais une goutte d’eau dans l’océan). J’espère secrètement qu’ils plantent des graines, que les participants rentrent chez eux avec ces graines et que ces graines leur seront utiles pour trouver un bonheur qui leur correspond et aider d’autres personnes à trouver un bonheur qui leur correspond et que ce bonheur soit une base stable pour de futurs bonheurs.

Galerie vrac entre expo in situ et dessins créés et offerts par C. Philippe, et vues de Saint-Claude annexes…

Màxim Pozor :

Et puis donc nous parlerais-tu des extérieurs, Prague, Strasbourg ? D’autres ?

Cédric Philippe :
J’ai vécu à Strasbourg et Prague, je viens du Jura et j’habite à Prague. Je ne sais pas trop quoi en dire, à part que ce sont des endroits magnifiques et où il fait bon vivre quand on a assez d’argent.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est icone0.gif.

La cathédrale de Strasbourg est sensationnelle. Les montagnes jurassiennes aussi. Contrairement à la culture française, la culture tchèque s’exporte peu et regorge de trésors. Si vous venez à Prague, qui que vous soyez, contactez moi via cedricphilippe@yahoo.fr et j’essaierai de vous en montrer quelques secrets.

Màxim Pozor :

Il y aurait des dizaines de références en commun avec moi même Màxim Pozor, Prague,le jeu d’échecs, le noir et blanc dans le graphisme comme l’audiovisuel…

Cédric Philippe :

Je ne connais malheureusement pas encore votre travail, Màxim Pozor, mais vous m’intriguez. Votre écriture sort des sentiers battus et c’est très agréable.

Au niveau de l’histoire et des dessins, Les Moomins, ces ROMANS de Tove Jansson (il y en a 7 ou 8)(j’insiste sur ROMANS parce qu’il en existe aussi des dessins animés et des albums illustrés) m’ont inspiré enfant et m’inspirent toujours. Les Moomins vivent dans une vallée au bord de la mer environnés de Touilles, de Mumes, d’Émules et d’autres créatures et vivent des aventures en apparence simples mais rocambolesques. Les relations entre les personnages sont d’une profondeur suprenante. Ils mangent des épines de sapin au dîner précédant l’hiver pour ne pas hiberner le ventre vide.
Pour les dessins en noir et blanc, je m’inspire aussi de photos du siècle dernier, celles de Lewis Carroll par exemple, mais je préfère puiser ailleurs que dans les images. La musique minimale m’aide parfois à construire les rythmes de mes illustrations. Le sport m’aide à oser et pousser mes limites quand je dessine.
Je crois qu’il est difficile de cibler véritablement ce qui nous entraîne dans la vie sur telle ou telle idée, tel ou tel style, telle ou telle forme de bec d’oiseau ou tel stylo pour faire un trait.


 » La dernière image fait partie des recherches pour la trilogie de romans sur laquelle je travaille en ce moment. »

Merci pour ces questions, et merci à celles et ceux qui lisent cette interview !
Je crée aussi des vidéos et des spectacles en parallèle des romans, dont une partie est visible sur mon site : http://cedricphilippe.com

(Visited 45 times, 1 visits today)

Un Thiéfaine, quel alcool? Ou le calendrier de l' »après »!!

Amis mongols, salutations; et je souhaite que l’année à venir soit pour vous entière; je ne vous la souhaite pas bonne, car au niveau promesses non-tenues, le gouvernement tient la tête. Donc je souhaite que je ne sais quel dieu vous prête vie jusqu’au prochain 1er janvier, c’est déjà pas mal.

En réponse à mon cher confrère, et pour appuyer sur notre admiration commune pour le poète jurassien, je vous suggère ici une playlist de titre d’Hubert-Félix Thiéfaine, chacun se voyant accompagné d’un alcool à consommer durant l’écoute. Bonne dégustation.


 

-Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s’émouvoir.

1) Première descente aux enfers par la face nord.

Cette intro énoncée en latin sent le vin de messe, un petit blanc qui passe bien, mais qui vous emmène dans les tréfonds de votre âme si le calice est trop souvent ramené au mâle. Pour moi, ce sera un Bourgogne Aligoté, sans prétention, pas besoin de plus pour écouter ce titre désabusé.


 

-Autorisation de délirer.

2) Rock-autopsie.

Pour suivre ce joyeux constat de l’aseptisation du rock’n’roll, pareil à Lou Reed qui coupe à l’eau son LSD, laissez moi vous servir un Shivas Regal 12 ans d’âge, on the rocks, un putain de sky, mais noyé sous une tonne de glaçons, histoire de dire qu’on un truc de rocker, la force de l’alcool tuée par la froidure, et les arômes dilués par les cubes de glaces.


-De l’amour, de l’art ou du cochon?

3) Scorbut.

On a tous connu nombre d’écumeurs de bals, à la recherche de filles rurales en mal de tendresse bestiale et furtive. Pour cette chanson, je vous suggère une vodka bien frappée. Alcool de dragueur par excellence, elle ne laisse pas l’haleine de poney que donnerait les ballons de gros rouges, et peu s’accompagner de plein de jus de fruits différents, dont les belles susnommées sont souvent friandes. Et si on pousse le vice jusqu’à boire une Mekeller qui tape dans les 66,6°, ceci peut rendre taré au point de commettre des actes inavouables, du style, enculer un chien.


-Dernières balises avant mutation.

4) 113ème cigarette sans dormir.

Peu de commentaires à ajouter sur ce titre. Ca tire sur tout ce qui bouge, ça sent la haine, le paradoxe, dans ce cas, une bière forte, Leffe Triple, à température ambiante, sans verre. Pas de fioriture, boire vite pour pouvoir rire à s’en faire crever.


-Soleil cherche futur.

5) Solexine et ganja.

Un carburant suranné, une plante tropicale, on sent qu’on va aller loin. Bilan de diverses bitures, ce titre me donne envie de boire du rhum. Bologne et citron vert, ça se boit comme du petit lait, et ça fait pas mal à la tête.


-Nyctalopus Airlines.

6) Un vendredi 13 à 5 heures.

Que boire un vendredi 13 à 5 heures? Une boisson de fin de semaine, un truc qui termine 5 jours de taf et qui nous mettrait un dernier coup de bambou avant d’attaquer le week-end. Un mescal, corrosif, presque arrache-moyeu, qui remet le facteur sur le vélo.


-Météo für nada.

7) Errer humanum est.

Décrivant la condition humaine, ce titre nous rappelle que le voyage reste le propre de l’homme, même s’il cherche bien souvent à se sédentariser.  Je vous dirige vers un vin qui se boit vite, et qui ne tabasse pas trop. Pinot noir d’Alsace, un vin qui va tellement avec tout, qu’il se boit avec rien.


-Eros übber alles.

8) Amants destroy.

L’étreinte haletante, débridée de deux êtres dans une voiture, on voit tous la scène. Il y a des effluves de road-movie, de nuit sans lendemain, de satin froissé…Une Clairette d’Adissan rosée, de fines bulles et du sucre, de quoi faire monter la température.


-Chroniques bluesymentales.

9) 542 lunes et 7 jours environs.

Chanson bilan, qu’on écouterait tard le soir, seul sur un balcon, après un bon repas. A écouter avec une bonne gnôle, une mirabelle de préférence. Ca rappelle la confiture, les échelles dans les arbres et les piqûres de guêpes, une métaphore de la vie, quoi.


-Fragments d’hébétude.

10) Encore un petit café.

On a tous de vrais potes qui nous payent encore un petit café, ces soirs où tout fout le camp. Et moi, mes vrais potes, je les arrose à l’eau de vie de gentiane, c’est âpre et repoussant, mais c’est terriblement bon, comme une relation amoureuse.


-La tentation du bonheur.

11) Psychopompes/métempsychoses & sportswear.

Ils boivent quoi les mecs qui portent des chaussures de sports? Des breuvages softs, agréables, qui ne traînent ni en bouche, ni dans l’organisme, une petite Manzana?


-Le bonheur de la tentation.

12) 27ème heure: suite faunesque.

Ce titre a du choquer nombre de grenouilles de bénitier, à entendre des mots comme « pute » et « chapelle » dans le même ver, beaucoup on du imaginer HFT brûlant dans les flammes de l’enfer. Tout est dit dans ce pavé lyrique et musical de 9 minutes. Assez de temps pour se jeter quelques shooters de Johnnie Walker, le noir.


 

-Défloration 13.

13) Parano-safari en ego-trip-transit (ou comment plumer son ange-gardien).

Les relents de déchéance, d’autodestruction, de limites qui reculent présents dans cette chanson m’évoquent une boisson qui fait mal, qui détruit physiquement, annihile toute forme de pensée, patron, un Ricard!


-Scandale mélancolique.

14) When Maurice meets Alice.

Comme toutes les chansons de tous les artistes qui évoquent leur enfance, celle-ci nous replonge dans notre enfance à nous. Et une partie de mon enfance, comme celle d’Hubert, se situe dans le Jura. Je vous propose, un Jura blanc, Savagnin, 1996.


-Amicalement blues.

15) Spécial ado SMS blues.

On en revient à la jeunesse, Desperados pour tout le monde, les jeunes n’osent plus boire de vrais trucs.


-Suppléments de mensonges.

16) Petit matin 4.10 heure d’été.

Ayant souvent ressenti ce sentiment de ras-le-bol et d’envie de fin, ce titre m’a particulièrement touché. Le whisky-sour évoqué s’impose de lui-même, bien tassé. Laissez moi remplacer le whisky par du bourbon, sensations garanties.


-Stratégie de l’inespoir.

17) Stratégie de l’inespoir.

« L’inespoir, c’est pas le désespoir, c’est l’absence d’espoir, c’est une sorte de lucidité. » (HFT). Dans ce cas, je ne vous propose rien, ou si, n’importe quel alcool de base. Un truc bon, sans être exceptionnel. Le genre de verre qui passe partout, qui ne réjouit personne, mais qui fait semblant de faire le boulot. Qu’on parle de Côte du Rhône, de Label 5, de Smirnoff, de 1664, il y aura toujours ces tanks commerciaux quand le petit artisan se sera flingué en laissant nos verres vides. Lucidité qu’il disait…



(Visited 71 times, 1 visits today)