LA JEUNESSE (par Ertzin)

« La jeunesse, en France, on ne l’admire que chez les vieillards.

Il n’y a d’ailleurs que là qu’elle soit admirable. »

Maurice Martin du Gard.

Il y a deux millions d’années, les jeunes avaient déjà des problèmes. A l’époque, être jeune, ça voulait dire avoir entre sept et dix ans, et il n’y a avait pas d’atelier gommettes à la maternelle, de toute façon, il n’y avait pas d’écoles. Les occupations étaient bien différentes de celles d’aujourd’hui, ils allaient à la chasse, fabriquaient leurs armes, passaient des nuits blanches devant un feu, mais pas pour jouer de la guitare, simplement pour le garder allumé, ils essaient de pas se faire croquer par un ours quand ils allaient ramasser des champignons, la jeunesse était une lutte permanente, s’ils voulaient mourir de vieillesse à quarante ans.

Plus tard, plus proche de nous, certains usaient leur jeunesse dans les cultures, avec le bétail, grappiller quelque récoltes, et permettre à leur famille d’être en mesure de payer l’impôt à je ne sais quel seigneur qui en retour leur promet une protection toute relative. Pour d’autres, en revanche, ceux qui vivaient à la cour dudit seigneur, la jeunesse avait un autre goût. Les tables bien garnies, les nourrices attentionnées, les maîtres d’armes, la musique et la lecture leur permettaient de se construire une culture, chose qui au moyen-âge, n’était possible que si l’on rentrait dans les ordres ou si l’on était noble.

Au fil du temps, l’amélioration du confort, les progrès de la médecine, l’allongement de la durée de vie changent irrémédiablement, les rêves, les objectifs, et la définition même de la jeunesse. Souvent sollicitée pour sa disponibilité et sa vitalité, elle a de nombreuses fois contribué à gonfler les rangs de nos armées, quand il s’agissait de repousser l’envahisseur, qui se trouvait être bien souvent le même. Et, elle en a mangé du plomb, la jeunesse. Et après, c’est ce qu’il en restait qui reconstruisait le pays. Bref, la jeunesse a toujours été plus ou moins occupée et constructive.

Seulement, depuis quelques années, on n’a plus trop cette impression.

« On ne sait plus aujourd’hui à qui faire la guerre,

ça brise le moral de la génération. »

Jean Ferrat.

 

3 réponses à “LA JEUNESSE (par Ertzin)

  1. Cher Ertzin, je te livre mon avis sur la jeunesse, il n’est pas reluisant, est-elle victime? Maintenue dans l’ignorance, l’inculture, la Misère dans tous ses sens et ses états?
    Je pense que la jeunesse est propice à l’ignorance, surtout lorsqu’elle a été étudiée et massée par le mass media, par l’américanisme et ses systèmes… Propice à la prise des drogues depuis une soixantaine d’années, même une centaine avec la Grande Guerre… Gaz, MDMA, matraquage éducationnel, acides, alcool, ou simplement société dominante… Propice à juste ne développer ce que l’ainé, le dominant, le maître lui offre!
    On maintient le populo la tête sous l’eau et sa jeunesse est le consommateur premier, après la ménagère d’il y a 15 ans, et la femme qui est un marché! (Peut-on évoquer la féminisation de la société ? La jeunesse se féminise-t-elle?)
    Les médias (télévisions, internet, téléphone, tablette, ordinateur, cinéma, groupes de presse et d’armement, d’économie) tout ceci éduque de sa dictature de l’image une jeunesse déracinée, qui n’a plus d’autres choix que de survivre, car la jeunesse qui l’a précédée, ses propres parents, s’est bien faite baiser par ce système inquiétant! L’agro-alimentaire, le pharmaceutique aussi pour nommer ces hydres sans têtes, ou plutôt à multiples têtes…
    La jeunesse pour sa survie consomme ce que l’on lui « impose » de consommer, elle se « loisirs » comme on lui inculque (« La queue » Thiéfaine), elle s’amuse le nez dans le mur (Damien Saez), pour avoir l’impression ou la sensation de vivre… Mais même le jour et la nuit sont difficiles à cerner, comme l’age d’or et celui de raison ou celui d’abandon…
    La jeunesse meurt de ceux qui l’ont prise en main… Lorsque l’éducateur est pétrit de mauvaises intentions. L’est-elle depuis Jules Ferry? En tout cas depuis ces 100 dernières années tout s’accélère.
    Mai 68 en tant que « revolution » imposée à De Gaulle par la CIA..? Pourquoi pas! La jeunesse n’est pas BHL, ni Cohn Bendit, non elle est Mat Pokora, sortant d’être Brad Pitt!
    Allez! Enjoy la jeunesse…! Santé!
    (Je tape ceci rapido, n’ayant retrouvé mes notes sur le sujet, mais je pense l’essentiel de ma réflexion est là!)

  2. Est-ce que, comme un certain humoriste de fiction de nos jours le dit, la jeunesse demain c’est de donner vie à des clones, des femmes-phoques, des garçons-chats-renards, des femmes-chacals…? Quelques hommes-escargots…?

  3. Ping : Cher Ertzin… | RMIz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

CommentLuv badge