Archives pour la catégorie ertzin

Abraxxxas, l’interview.

Découvert depuis peu par l’entremise d’un ami, mentor en matière de hiphop, je vais ici, laisser la parole à Abraxxxas, MC de talent et auteur de quelques écrits aussi divers que variés. Dépeignant cette société en perdition dans laquelle nous essayons tous de maintenir la tête hors de l’eau, ces textes sont lucides et incisifs, tout ça sans jamais donner de leçon, simplement en rappelant quelques valeurs essentielles et ça à RMIz, on aime…

Ecoutez plutôt :

RETROUVEZ EN EXCLU SUR BANDCAMP LA SELECTION DES TITRES d’ABRAXXXAS :
Ici en lien GOODBYE

a0005705606_16

Bonjour Abraxxxas, et merci de répondre aux questions de RMIz.

 Auteur, interprète, écrivain, on a tout de suite envie de dire multicarte, mais toi, comment te définirais-tu ?

Se définir, voilà un exercice délicat où si tu te manques tu passes soit pour un prétentieux, soit pour un autiste. On va la faire simple, je suis juste un type qui accorde beaucoup d’importance à la création, qui aime les mots, la musique, la photo, le cinéma, en gros la culture. Si je ne crée pas, je ne me sens pas vivant, et parfois, ça pose problème.

 Qu’est-ce qui a fait qu’un jour, tu as décidé de t’exprimer ?

Dur à dire. La vie tout simplement. J’ai grandi dans un environnement hyper-urbain, dans deux tours de banlieue parisienne, et le fait de se mettre au rap est venu naturellement car c’était la musique qui nous touchait. Au delà du rap, m’exprimer me permet de vider le trop plein, d’éviter de déborder et de partir en vrille. Rien ne me fait plus peur qu’une société où l’on ne peut s’exprimer librement.

Le hip-hop, dernière mouvance revendicative ?

À une époque je t’aurais sans doute dis oui, mais aujourd’hui, je dirais clairement non. Le rap a beaucoup perdu de ce coté revendicatif, de nos jours parmi les rappeurs c’est presque une tare d’être conscient ou militant, tu passes pour un type chiant, un boulet. Bien sûr il y a des exceptions, mais la règle c’est l’égotrip, la technique lyricale, le swag à la con…Le rap est devenu un courant musical comme un autre, comme le rock, il a perdu un peu de son âme revendicative en se démocratisant. Après, je tiens à préciser que je ne me considère aucunement comme un rappeur engagé, ma musique est tout sauf militante, elle se contente d’être réaliste.

Fort d’un succès via les réseaux sociaux, qu’est-ce qu’il te manquerait pour être plus visible, si toutefois cela était ton souhait ?

Faut relativiser un brin, j’ai pas du tout de succès via les réseaux sociaux. J’y suis une goutte d’eau, vraiment. J’ai des gens qui me suivent oui, qui me soutiennent, mais en comparaison à beaucoup de confrères, je suis petit. Sinon pour la visibilité, de nos jours elle est hélas intimement liée au budget que tu es prêt à mettre dedans, avoir un agent, une équipe qui bosse pour te placer….

En quelques mots, présente-nous Monsieur Mort.

Mr Mort, c’est en même temps un personnage de fiction que j’ai crée et en même temps une partie de moi. Hormis les meurtres, beaucoup de choses sont autobiographiques dans ces épisodes. Notamment les pensées de Mr Mort, même si elles sont un tantinet romancées, et bien, ce sont mes pensées à moi : Gabriel Saule. En fait quand je commence l’écriture d’un épisode de Mr Mort, c’est que je me fais une montée de haine, de nerfs. À chaque fois que j’ai commencé à écrire un épisode, c’est que mon sac était trop plein et qu’il fallait que je le vide. C’est réellement un processus exutoire et salutaire.arbre

UN AUTRE LIEN sur LE BLOG de nos AMIS d’UNFAMOUS

Où prends-tu le plus de plaisir, en composant des morceaux de hip-hop, ou en écrivant des trucs plus consistants comme  » Guignol ou la Vie d’Arthur Bracquet  » et « Grue », deux romans que tu as publié ?

Ce ne sont pas du tout les mêmes plaisirs, ni les mêmes motivations. Là encore bien souvent l’écriture de chansons découle d’un besoin impérieux de se vider la tête et les tripes, de poser des pensées. C’est bien souvent compulsif, et vite expédié, car j’écris mes chansons très rapidement, quand l’inspi est là, elle l’est belle et bien. L’écriture d’histoire fictionnelle, c’est un autre délire, qui s’étale sur la longueur, qui se réfléchit encore plus qu’un « lyrics » de rap, et même si ce dernier aborde un thème sérieux. « Lone Creek » le roman que j’écris actuellement demande plus de concentration, de temps et de recherches que le prochain album « Sirènes », dont les chansons ont été écrites en moins de trois mois. Je peux écrire une chanson à peu prés n’importe où, en mode tout terrain, mais l’écriture d’un livre, en ce qui me concerne en tout cas, me demande plus d’isolement, de tranquillité, de disponibilité d’esprit. Toujours est-il que niveau plaisir, les deux sont jouissifs, voir un écrit prendre forme, trouver des tournures élégantes ou percutantes, tout ça est très jouissif.

L’autoédition est un choix ou elle s’est imposée à toi à cause de la frilosité bien connue des éditeurs « classiques  » ?

Je vais être franc, l’autoédition est un choix qui découle de quelques refus. Non, je n’ai pas envoyé mes manuscrits à tous les éditeurs de France et de Navarre, mais je l’ai envoyé aux plus gros d’entre eux, aux poids lourds, mon coté ambitieux sans doute, héhé!! Face à cette petite dizaine de refus, je me voyais mal continuer à me prendre des portes fermées dans la tronche, et de payer avec mes petits deniers de prolo les frais postaux, juste pour me faire jeter en l’air. Et étant aguerri à l’autoproduction avec ma musique, et bien le choix s’est fait naturellement de m’en occuper tout seul, de ne pas attendre qu’un type dans un bureau décide que je vaux le coup d’être imprimé et lu par des gens. C’est quand même un des avantages de notre époque, nous avons tous les outils et services à disposition. Aujourd’hui un artiste, qu’il soit musicien, écrivain, dessinateur de bd, et qui se plaint de ne pas arriver à concrétiser un projet, à mes yeux n’a pas d’excuses. La philosophie du ‘Do It Yourself’ est bien implantée, techniquement elle est facilement applicable à l’ère du ‘crowdfunding’, du logiciel en licence libre ou même cracké, du homestudio et j’en passe… Mais pour revenir à ta question, est-ce un choix, oui et non, dans le sens où je ne refuserais pas un contrat dans une bonne maison d’édition, un partenariat qui me tranquilliserait sur l’avenir, qui me permettrait de me consacrer uniquement à la création, l’écriture, la mise en place de projets, à ne pas perdre de temps à préparer des petits déjeuners dans un hôtel en gros…

As-tu des projets, en solo, ou avec Unfamous Resistenza ?

Oui pas mal de projets, le premier étant la parution de la compilation « Un Pavé dans l’Asphalte 2 » avec le collectif Unfamous Resistenza. Toujours en téléchargement gratos, ça sort le 15 septembre et c’est toujours de la culture éclectique, engagée, subversive, mais pas que, un beau panel de musique, 133 artistes à découvrir. Niveau personnel, j’ai l’album « Sirènes » sur le feu, qui sortira en double vinyle et en CD. Ça reste à fignoler, à enregistrer, mixer, masteriser, mais avant tout à financer. Pour ce faire, je vais lancer d’ici peu une campagne de financement participatif, afin que les auditeurs puissent précommander leurs exemplaires, précos qui vont me permettre de fabriquer les galettes. J’ai aussi le roman « Lone Creek »  à terminer, je pense que ça se fera cet hiver au coin du poêle à bois. J’en ai quelques autres aussi en tête, mais il est encore trop tôt pour en parler.

 Quels thèmes aborderas-tu dans ton prochain album, « Sirènes »?

Pas envie de trop en dévoiler sur cet album, histoire de garder l’effet de surprise. Il sera empreint d’une certaine misanthropie, décrira des modes de pensées qu’il faudrait modifier pour avancer. Ce sera un album très humain, qui parlera des tentations, d’où son nom de « Sirènes », mais qui évoquera aussi la sauvegarde de l’environnement au sens large….un disque personnel qui sera la synthèse de ce que j’ai vécu ces dernières années

Des textes lucides et percutants, parfois désabusé, est-ce qu’Abraxxxas croit encore en l’être humain?

Oui et non. Ça dépend de mon humeur, il y a des jours où l’optimisme m’habite, et d’autres où le pessimisme est de rigueur. Notre espèce est capable du meilleur comme du pire, mais j’ai l’impression qu’elle se concentre tout de même sur le pire. Il est clairement plus facile de faire le mal que le bien dans la vie, plus aisé de se laisser aller, de s’en foutre du futur, de ce qu’on laisse aux prochains, en se disant qu’on ne sera pas là de toute façon. À mon sens l’humain s’est un peu perdu, il s’est entouré de choses matérielles pas forcément indispensables à son bien être à la base, mais qui le sont devenues par habitude. On s’est fait bercer par les sirènes du grand capital, on a fait passer les doctrines économiques devant les priorités écologiques, le bonheur est presque devenu une marchandise en un sens. Les besoins vitaux en 2015 en occident, ce ne sont plus juste la nourriture et le toit au dessus de la tête, le superflu est vital pour certain. À coté de ça j’ai tout de même envie de croire en l’humain, en un changement des mentalités, parce que si j’arrête d’y croire, autant tout arrêter direct.

Une « Sombre débandade », en quelque sorte:

a3950715725_16ENFIN UN LIEN, toujours vers BandCamp, pour le titre SOMBRE DÉBANDADE… Musique & Paroles

Tu as décidé de quitter la ville pour t’installer dans un coin plus vert et tranquille, que t’as apporté ce changement d’environnement?

Oui j’ai quitté la ville il y a de ça trois ans maintenant, et ça m’a fait le plus grand bien. Déjà à mes poumons qui respirent un bien meilleur air, mais aussi à mon esprit, plus zen, moins pressé. J’ai choisi une région, l’Ariège, où il est possible de mettre en place un mode de vie alternative, où la conscience collective penche vers l’ultra gauche, l’autonomie, le local. Se rapprocher de la nature ne peut faire de mal à personne, s’extraire de la matrice, du tumulte qui sert de diversion, se retrouver face à soi, se poser les bonnes questions, prendre la solitude comme un levier créatif. Vivre à la campagne permet aussi de se rendre compte que la vie n’est clairement pas une course, que sorti des mégalopoles galopantes, et bien le temps passe plus lentement.

 Pour finir, je te propose un portrait mongol ou chinois, si tu préfères, si tu étais :

-une figure historique ?

-un poète ?

-un paysage ?

-une boisson alcoolisée ?

-une paire de chaussures ?

-une qualité humaine ?

Une figure historique: il est encore vivant, mais fera à coup sur partie de l’histoire un jour, je serais Paul Watson.

Un poète : je serais plus un écrivain, un Herman Hesse ou un Stephen King.

Un paysage : une aurore boréale au dessus de la banquise.

Une boisson alcoolisée : du Bayley’s, qui s’boit comme du sirop mais qui te pètes bien la gueule en scred!!

Une paire de chaussure : une tong de randonnée

Une qualité humaine : la persévérance.

La persévérance, voilà un mot qui résume bien le personnage, encore merci pour la sincérité et la disponibilité Gab, et, chers amis Mongols, j’espère vous avoir donné l’envie de vous pencher sur ses romans ou ses morceaux dont les liens respectifs vont clore cet article, et aussi, n’hésitez pas à donner un coup de pouce financier à l’artiste, via le financement participatif, lancement prévu à la mi septembre. RMIz, bien sûr, vous en reparlera…

La page FB du roman « Grue ou rage de dents ».

Celle de « Guignol ou la vie d’Arthur Bracquet ».

EN LIEN SUR LES IMAGES DE COUVERTURE

(Visited 18 times, 1 visits today)

Le moustachu.

Voici pour moi, venue l’heure de vous parler d’un moustachu, mais pas d’un hipster qui, à court d’imagination, n’a d’autre choix que de puiser dans le passé des idées périmées, pour mettre en avant un style qu’il est convaincu d’avoir inventé. Le revival des chemises canadiennes, des baskets flashys montantes et donc de la moustache, est l’aveu d’une impossibilité de création.Quand on a pas de talent, on se sert chez les autres, ou on déterre quelque chose que l’on pense oublié, mais, amis mongols, il s’en trouvera toujours parmi nous pour veiller au grain. Cette moustache là,  fut adoptée en 1967, c’est à dire, quand les parents des dits hipsters n’étaient même pas encore, ni dans la tête, ni dans les burnes de leurs propres géniteurs. C’est la moustache d’un guérillero, d’un pourfendeur du système, celle d’un gars qui un jour, plutôt que de choisir entre l’épée et la plume, a pris un raccourci et a décidé d’écrire avec son glaive.

Après la sortie d’un disque-hommage, laissez moi vous parler de celui qui naquit sous le nom de Tenenbaum, évolua avec celui de Laroche et éclata à la gueule de la France avec le nom de Ferrat, Jean Ferrat.


LIEN : l’ELOGE DU CELIBAT.

 

Ferrat, c’était l’empêcheur de tourner en rond, connu pour ses textes poétiques, son amitié avec Aragon, et ses saillies verbales, couronnées régulièrement de censure. Ce qui n’est plus guère arrivé de nos jours, sauf pour quelques rappeurs un peu trop usagers d’images explicites concernant la justice ou les choix professionnels des mères de nombre de policiers.

 

 

Ferrat, la censure, il se la mangeait violemment en sortant un titre, en pleine période de réconciliation Franco-Allemande, en 1963. Ce qui est révélateur, ce n’est pas que l’ORTF déconseille la diffusion du titre « Nuit et Brouillard », c’est que le public ne suive pas aveuglément les « conseils » de certains dirigeants, mais au contraire plébiscite la chanson, qui vaut à Jean Ferrat, le prix de l’Académie Charles-Cros (qui récompensera plus tard, notre parrain virtuel, HF. Thiéfaine, pour son album « La tentation du bonheur », en 1996).
Ce désaveu du public pour la campagne de diversion audiovisuelle concernant la Shoah, à mon sens nous prouve deux choses, que les français, n’ont pas besoin des hautes sphères pour se forger une critique et une conscience culturelle, et qu’à peine 20 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, le peuple français ne se sentait aucunement responsable des agissement de l’occupant, même s’il fut secondé par le gouvernement de Vichy.

 

 

En 1965, dans l’émission « Têtes de bois », ce qui devait être le « Taratata » de l’époque, avant que Ferrat ne chante « Potemkine », le directeur d’antenne, très ami avec C. de Gaulle, refuse et demande à l’auteur-interprète de produire un autre titre. Jean Ferrat refuse, et quitte le plateau. Les télévisions remettent le couvert, trois semaines plus tard, cette fois-ci lors de l’émission « Télédimanche ». Georges Guétary remplacera Jean Ferrat, qui aura encore refusé de chanter une autre chanson.

 

 

Après un voyage très maquant à Cuba, Jean Ferrat revient avec cette moustache définitivement sienne, et un disque, « Ma France ». En 1969, le titre éponyme, est une déclaration d’amour à la France, celle qui « répond toujours du nom de Robespierre ». Dans celle-ci, il s’attaque aux gouvernants (« Cet air de liberté dont vous usurpez aujourd’hui le prestige »), ce qui entraîne son interdiction d’antenne, la chanson jugée trop politique. Ferrat refusera de passer à la télé sans elle et patientera deux ans. C’est Yves Mourousi qui l’autorisera, rompant la censure, en 1971.

 

 

Plus tard, sur Antenne 2, lors de l’enregistrement d’une émission de Jacques Chancel, Jean Ferrat interprète « Un air de liberté ». La performance de Jean, disparaîtra de l’émission, lors de sa diffusion. La direction de la chaîne a cédé à Jean d’Ormesson, alors directeur du Figaro, qui s’estime diffamé. Ferrat s’explique: « Je n’ai rien contre lui, contre l’homme privé. Mais c’est ce qu’il représente, (…) la presse de la grande bourgeoisie qui a toujours soutenu les guerres coloniales, que je vise à travers M. d’Ormesson ». Finalement le chanteur obtient de lire une déclaration préalable expliquant pourquoi l’émission est tronquée.

 

 

Voilà ce qu’il nous manque peut-être, de la poésie, de l’engagement profond, bref, l’artiste lucide. Et ce n’est pas dans ce qu’on nous sert à l’heure qu’il est, aux moyens de médias surannés comme la radio, ou vomitifs comme la télévision, qu’on trouvera de quoi se rassasier, nous autres mongols, qui avons toujours faim de justice et d’idéal.

 

 

 

(Visited 7 times, 1 visits today)

Vous avez dit « Alcoolique »?

« L’alcool décape la petite couche de bonheur peinturluré pour découvrir la patine d’un matériau doux, uni, pâle comme la tristesse. »

Michèle Mailhot

 

 

 

Salut les Mongols, ici Herr Ertzin, votre serviteur qui vient vous parler d’alcool. Et oui, d’alcool, comme quoi sur RMIz, on essaie de parler de tout. Ne tirant aucune gloire d’une consommation déraisonnable, n’essayant pas de nous faire passer pour des vrais hommes parce qu’on boit plein de vin, les gens comme moi se voient souvent questionnés et incompris quant à notre besoin d’état second. En effet, pour le grand nombre, l’alcoolisme, quand il ne rime pas avec succès, c’est un signe de faiblesse, c’est un défaut ou une maladie. N’est pas Renaud, Depardieu, ou Gainsbourg qui veut. La plupart des citoyens considérant l’alcoolisme comme une mauvaise chose parviennent pourtant à admirer ce genre d’alcoolo céleste, comme s’ils étaient frustrés de ne pas pouvoir en faire autant. Mais quand on parle d’un voisin, d’un membre de sa famille ou d’un ami, l’alcoolisme devient nettement moins glorieux.

 

Je ne suis pas du genre à me répandre à volonté,

Je n’ai pas besoin d’être plaint ou d’être encouragé.

Personne ne sait ce qui habite mon cerveau calciné,

Est-ce de la démence, une passade ou une céphalée ?

Et je n’ai  aucun trou dans ma tête pour y regarder,

Mais devant cette feuille, dans cette pièce enfumée,

J’expulse douloureusement mes mauvaises pensées

Un peu comme si j’accouchais d’un enfant mort-né.

Je botte en touche quand quelqu’un se met à réclamer,

Sous couvert de famille, de médecine ou par amitié

Les poussières foudroyant mes méninges encrassées.

C’est trop dur d’expliquer mon envie de me détériorer,

Avec cette impression de boire dans un verre ébréché.

Et quelques fois quand  mes lèvres se mettent à saigner,

Un quidam fait connaissance avec mon plus mauvais coté,

Et me demande ce qui motive ces addictions déprimées.

Mes excuses, je préfère être seul à connaître la vérité

A savoir vraiment tout ce que la vie m’aura confisqué

Et pourquoi j’ai de moins en moins l’envie d’avancer.

Cantonnés dans leur désir respectable, de santé, confort et bonheur, la plupart des gens ne cherchent pas à comprendre pourquoi quand eux prennent leur pied à avaler 3 bornes en courant, nous on débouche une fiole de rouquin, et on la vide. Toujours à nous vanter les mérites de la sobriété, de la confiance en soi et de la recherche de toujours avoir une raison de positiver, ils sont certains d’avoir raison, que tout le monde à droit au bonheur, et que pour avancer, il faut du travail, de l’argent, la santé et une famille. Et nous de leur balancer le fiel de nos vies, le pessimisme qui nous remplit, cette sorte de clairvoyance nimbée de j’m’en foutisme et de réalisme hideux.

La vie c’est de la merde, voilà notre point de vue, mais on entend plus souvent de « tu te plantes! » ou encore de « reprends toi en main! », que de « je peux comprendre » et autres « je sais pas si c’est la bonne solution, mais après tout, t’es grand! ». Non, ils pensent que le bon sens est forcément de leur côté, ils gardent pour toi un minimum de respect, et ne t’accordent plus aucune crédibilité.

Dommage, parce qu’on pourrait jouer un peu, on pourrait avoir la grande gueule qui nous manque bien souvent, taper du poing sur la table, et dire à qui veut l’entendre qu’ils se plantent, eux aussi…surtout eux.

 

 

Quand j’en ai marre de cette permanente sensation de vide
Quand d’autres que moi ne mettent jamais la tête sous l’eau
Quand je les vois jouer des coudes, fiers, ambitieux et avides
Quand je suis ivre mort, gerbant ma loose au fond d’un seau
Quand je me rends compte que je n’ai plus rien dans le bide
Quand j’essaie de me couler, alors qu’il faudrait rester à flots
Quand ils sont sûrs d’être des chevaux sauvages et sans brides
Quand je suis chien, conscient de ce qui entrave mon museau
Quand ils se trompent complètement sur ceux qui les guident
Quand je sais que devant nous, il ne peut y avoir que le chaos
Quand je vois des connasses essayer de lutter contres les rides
Quand ailleurs on en a, des rides, mais parce qu’on a pas d’eau
Quand ils se leurrent, et pensent que ce sont eux qui décident
Quand je me trouve juste à côté d’eux, à l’arrière du troupeau
Quand ils sont heureux de mener une vie prévisible et placide
Quand ils se couchent rêvant de succès, d’espoir, de renouveau
Quand j’égrène la liste exhaustive des raisons de mon suicide
Quand le moment vient où vivre consiste à traîner son fardeau.

 

Un fardeau, les mots sont forts, mais oui, l’existence est un fardeau. Alors plutôt que se voiler la face, on décide d’y aller à fond, la détérioration devient pour nous une sorte de quête dans laquelle ils nous est possible de repousser les limites de nos corps et de notre pensée. Une vie saine trompe la mort, soi-disant, mais vouloir tromper la mort, c’est bâtir sa vie sur un mensonge. La mort est là, en permanence et pernicieuse. Ils peuvent bien manger des fruits et faire du sport, ça n’empêche pas une voiture de quitter la route, ou  un AVC de venir souffler les bougies le jour de leur trente ans. Alors, on remue un peu le merdier, pour voir comment c’est quand on s’y frotte, au néant, au coma, au grand vide…

 

Quand les jours sont trop noirs pour y voir quelque chose

Que le fiel de ma vie se répand sur mon cœur

Je ne pense qu’à me détruire et atteindre l’overdose

Pour aller voir si le temps est plus clément ailleurs.

 

Et je me réveille dans un état déplorable

Avec l’amer regret de ne pas y être resté

J’avais pourtant rêvé de soleil et de sable

Mais au matin, je demeure sur mon canapé.

 

Et je me saoule dans une odeur de cendres froides

En rongeant au sang, ma triste condition d’écorché

Dans mon esprit en lambeau monte doucement la ballade

La chanson mélancolique d’un impuissant et d’un raté.

 

J’ai tout essayé pour peut-être me sentir bien

Et finir par aimer la vie et tout ce qui va avec

Mais quelque chose me retient au fond du bassin

Et mes tentatives de remonter se soldent par un échec.

 

Ainsi je reste coincé dans ma léthargie permanente

Me contentant de petits morceaux de bonheur égarés

Qui n’ont pas réussi à trouver quelque âme accueillante

Et c’est le vent par hasard, qui les dépose à mes pieds.

 

Le bonheur est une notion très relative. Il est différent aux yeux de chacun, quoique bien souvent en lien direct avec un certain confort matériel et financier. Mais pour nous autres, le bonheur n’a pas de définition, c’est juste une idée, qui traîne de-ci de-là, arrive à nous toucher quelques fois, mais bien souvent se retrouve chassée par cette mélancolie implacable. Et certains soirs, c’est vrai, les verres de vin s’imposent comme les arguments d’une mauvaise plaidoirie, dans laquelle on essaierait de défendre nos théories et justifier cette permanente envie de se cramer. L’ivresse, atteindre le moment où le corps dit stop et que le cerveau répond toujours…concentrer le reste de notre énergie pour entretenir une pensée. Ces quelques minutes avant qu’un sommeil d’ivrogne nous gagne, sont comme un grand tri dans nos têtes encrassées. On part pour un certain coma avec ces sacs de nœuds que sont nos vies, et on verra plus clair quand on se réveillera…Mais sommes nous certains de vouloir nous réveiller?

 

(Visited 6 times, 1 visits today)