Archives pour la catégorie Cultures – Société

Spiral Tribe / reportages sonores, entretiens 2005 & 2010 !!!

@LaKick (reposes en paix), @Ploum, @Expressillon, & @Margaret Thatcher (dieu garde ton âme !)

En plein anniversaire de « Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band »  et vénération de l’album logique  suivant « Magical Mystery Tour » [50 ans du « Summer of love », du premier disque de la révolution studio, commis par The Beatles sur l’île de la Perfide Albion, aucun hasard pour la sortie de cette publication ; RMI’z vous concocte et ressort enfin le reportage de son ancêtre RADIOBING…!!! C’est une série de rencontres audio mixées avec des samples amusants ou brutes en 2005 et en 2010… à Strasbourg et Paris. Témoignages complets et complètements fous… Jamais parole n’aura été donnée aussi longuement aux légendaires Spiral Tribe britanniques, inventeurs de la FREE PARTY… Régalez vous !

Ixy, 69dB, Crystal Distortion, Jef (Dj Tal)… tous ceux-ci vont parler et raconter à leur manière ce qu’ils ont inventé et réalisé… ICI! Musicologie et sociologie au programme de cette archéologie rebelle !

Reportage Spiral Tribe avec Ixy et 69dB mars 2005 à la laiterie de Strasbourg lors d’une soirée organisée par l’association terza rima (une heure et 55 minutes mixées par Màxim Pozor)

  • Spiralution 95 minutes documentaires audio : menu & references :

    Jingle RadioBING (Atelier 441 instru + Amandine Washing Machine CIe à la voie) _ Sample « comme la lune » (de Joël Séria, 1977)
    Musiques Spiral Tribe, 69dB, Ixy, Pro-Cheese, Perce-Oreille, Passe Muraille….
    Sample du film « Le Créateur » (Albert Dupontel, 1999)
    Entretien Franglais…reportage LO-FI !
    Sample « Usual Suspect » (de Bryan Singer 1995)
    Entretien de l’association/société de production Terza Rima de Strasbourg
    Historique des Spiral Tribe… du Royaume-Uni à la République Tchèque en passant par la France et les Pays-Bas…

    Mention du documentaire 23 minutes warning :

  • Il y a aussi papotage sur les machines de musiques électronique, la technique sonore…

    divers samples non-identifiés de vieux cinéma français…

    Entretien avec Terza Rima de nouveau… (amitié, production, et action) —> mention de l’association Citron Vert et de l’esprit « DO IT YOURSELF »

    à 34 minutes extraits sonors de la soirée de mars 2005….

    Entretien avec Kick, LA KICK, pour ses souvenirs vivants de l’esprit et du mouvement… On parle de Simon (Crystal Distortion)

    à 41 minutes retour avec Sebastian et Ixy … l’esprit Spi et la musique en géneral… (extrait musical de NIN)

    Sample de la série « DERRICK » en vf !

    Retour vers Kick… et la musique des années 1980’s

    47 à 51 minutes…. musique Crystal Distortion  (The Things I4m Not Supposed To Do… 2004  Expressillon)

    Sample de la série « DERRICK » en vf !

    Évocation du projet 69dB – MC Tablloyd :

  • minute 57
    Sample « La Chute de l’empire romain » de Anthony Mann, 1964

    Avec Ixy évocation de la République Tchèque…
    Sample Derrick, retour vers Kick et le sujet de la Guadeloupe, de Babylon Joke
    Avec 69dB les Pays-Bas, l’Angleterre et Londres… [samples de Radio Londres, 1942]

    Les bois, la drogue, … échantillon sonore « Teknocrates » intro… « comission du chaos » minute 70.
    L’adaptivité du live sur l’ambiance de la fête… le mystère de la teuf… (question de Ploum…) « … samedi soir c’est sacré, ils ont tous fait le travail… Babylon c’est negative… » minute 75 « …il faut que tu adaptes pour faire la fête avec les gens… »

    Sample du film « Le Président » (de  Henri Verneuil, 1961) / samples maison Czeck Tek 2003… « twenty three » !!

    Avec Kick : politique et free party…, intervention de son caniche « MiamMiam »..! …
    L’Allemagne, Berlin… minute 86 , et témoignage riche sur le « 23ème Bordel » …!

    Samples film « Buffet Froid » (de Bernard Blier, 1979)

    Conclusions avec Ixy et 69dB et extraits de « 23 minutes warning » 92 minutes, évocation de Meltdown Mickey … le réel initiateur de 1986…

    1er live boîte de nuit 69dB environ 1990-91… 97 minutes spot prévention cannabis… 69dB « prends soin de toi-même » être bien et en accord avec soi, penser positif …
    extrait musical Qhuit/Svinkels/TTC/Triptik « prohibition ».

    Place dans la conversion au superbe label parisien EXPRESSILLON… minute 104… « on est flex… et si on est flex avec vous alors vous êtes flex avec nous » sur la production de la musique.

    Sample du film  « Le Président » (de  Henri Verneuil, 1961)

    Sample de « Pulp Fiction » (de Q. Tanrantino, 1994) « royal with cheese »…!

    94ème minute dernière conclusion souvenirs avec Ixy, rencontre fortuite d’elle, son fils et de Mickey au Czeck Tek 2003..! Elle parle de l’invention du « Breakfast »… fête alternative et allégée en Tchéquie…!

Interview 31 octobre 2010_Jef-CrystalDistortion-69dB (par Màxim Pozor) environ 36 minutes au Batofar à Paris dans le noir …!

L’interview Halloween dans le noir, avec 3 spiral surexcitées… Simon impayable ! Ceci fêtait aussi en quelques sortes les 23 ans (1988)  de leur rencontre et cela faisaient 5 ans qu’il n’avaient pas parlé ensemble. Attention les oreilles, c’est brut ! Brut comme le crémant du Jura que je leur ai offert ce soir là pour l’occasion ! Mémorable.

L’entretien se retourne contre moi… minute 18 … Jef veut m’interroger.. ça gueule de partout… Mais franchement ça vaut une écoute attentive au bout de 20 minutes… car sans tabou, sujets de la drogue, du fric, des philosophies de la teuf et des clubs, de l’autorité, de l’ouverture…. Et des messages personnels de ces 3 cocos auprès des teufeurs qui les ont suivi depuis toujours… Tout cela envoie ! Une vrai interview improvisée de bon cœur au pied levé, alcool aidant !

Samples [jingle RadioBing « fantasmes culturels » avec Clémence et Steuf, + Tom à l’instru… ; J-P Marielle + P. Richard « on aura tout vu » [ Georges Lautner 1976] ; Crystal Distortion titre 2004 ; …]

Car cet article se veut aussi à ma propre gloire… Màxim Pozor, et ce clip illustre entre autres cette dernière soirée/rencontres du 31 octobre 2010… « photzikpozorist » = photos-clip sur ma propre musique de 2004…
[Disque et références en intégralité ici : http://maxpozor.pagesperso-orange.fr/ ]

 

 

Comme il est mention du documentaire vidéo World Traveller Adventures dans cet entretien en voici trace en ligne :

VIRUS chante Jehan-Rictus (1867-1933) + Jean-Claude Dreyfus !

VÎRUS chante Jehan-Rictus (1867-1933) + Jean-Claude Dreyfus !

Instrumentale: Banane
Illustration: La rouille
Motion Design: Euls

& Gabriel Randon dit Jehan-Rictus (1867-1933)

 

Mettre un coup de projecteur sur un poète du XIXème injustement passé sous silence en rappant ses textes acerbes sur l’état de la société de l’époque; tel est le grand dessein de Vîrus avec le projet « Les Soliloques du pauvre ». Le monde avance mais la misère reste la même.

Tout frais, tout beau, tout chaud, ça sent le bon et l’excellence… Vla L’Bich notre hip-hop-digger nous a trié, creusé, le magot planqué par Vîrus..!
Ce sont les joies de l’underground, c’est qu’il faut gratter, profond, profond !
Alors voici quelques éléments pour découvrir le dernier truc de fou de ce rappeur contagieux !

On sent l’anarchie poindre à l’horizon du phrasé de Vîrus dans ce brûlot « Songe mensonge » (de Jehan-Rictus) et le texte « Champion’s League », près d’un siècle plus tard..! Noir, triste, et en braises !
On ne pourra pas reprocher à ce hip-hop là de manquer d’esprit ou de bonne intelligence, il souffle sur ces braises de la révolte latente dans notre société.

« (…)
que tout le monde est responsable,

que les employés, les artisans,

que les petits bourgeois

sont peut-être encore plus coupables

que les gouvernants et les politiciens

parce qu’ils constituent le nombre

c’est à dire la force
et qu’ils subissent

passivement leur esclavage

les humiliations et les misères

de leur condition.

Réfléchis ils vont pas

se mettre en taule entre eux…
(…) »

[Vîrus – Champion’s League]

Y’a aucune concession dans le flow…

Il existe un autre média, Revue-Ballast, pour faire relais et interview de cela.. Merci à eux.

« Beaucoup ont tendance à vouloir rendre le rap propre, acceptable, le nettoyer : tu le nettoies, tu le tues. »

Textes à la dent dure, appui de folie pour enfoncer le clou de ce cher Jean-Claude Dreyfus (robuste, droit d’intégrité…) ce qui pousse et décolle le projet et le flow… Prestance, textes et sons… la recette est parfaite..!
Ce grand admirateur de Jehan-Rictus lui avait d’ailleurs rendu un premier hommage  sur France Culture en 2014. (Lien par clic)

Portrait de Jehan-Rictus par Félix Vallotton paru dans Le Livre des masques (vol. II, 1898).

Portrait de Jehan-Rictus par Félix Vallotton paru dans Le Livre des masques (vol. II, 1898).

Notre ami Luchini « compare »  Rictus et Céline… 

[D’après Vla L’Bich ce que Luchini veut nous montrer ici c’est que Jehan-Rictus avait pour inspiration son vécu de la misère, alors que Céline racontait celle qu’il pouvait être amené à voir] ;

c’est bon ça, surtout chez  le neveu Mitterrand (« … Jehan-Rictus, que je ne connais pas… »)…, ça remet les choses en place !
Je vous le dit c’est une histoire de clou et de marteau…!

Tradition des « trouvères » du moyen-âge dans le choix de ce prénom (Jehan)… quelle référence folle.., tout indiquée dans notre époque obscure socialement !

Un lien suggéré par notre chercheur d’or noir musical…:

compagnieaffable:

Vîrus x Jehan-Rictus : Les Soliloques du Pauvre

« on nous demande un calme olympien / Pour étudier des textes de mecs sous absinthe »

[« Saupoudré de vengeance » Le choix dans la date (2011)]

Portrait par Steinlen.

Portrait par Steinlen.

Un autre média semble s’intéresser en 2014 aux travaux de Vîrus, CosmicHipHop, avec un autre entretien prolifique du rappeur…

« Une journée avec de l’écriture c’est pas la même qu’une journée sans. »

Vîrus a « travaillé » avec Casey, Al et Prodige sur le projet « Asocial Club » ; rien d’étonnant, plutôt du détonnant en perspective !

 

Qu’on ne s’y trompe pas, ces morceaux live sont produits à La Maison de la Poésie, et y ont toute leur place !

Vîrus « au chant », Banane à la prod’ musicale… ça farte ! Ces deux-là excellent, l’emploi du break est savant, il surprend ce qu’il faut, il défonce, à l’instar de nos meilleurs souvenirs de free-parties section break-core !

 

Vîrus• Crédits : Vîrus

Vîrus• Crédits : Vîrus

Dernier lien vers une émission de France Culture où Vîrus s’exprime…: « On parle comme on vit »…
« (…) Ne pas chialer c’est déjà un combat dans la vie… » [VÎRUS]

Voila, voila, à n’en tarir d’éloges nous allons nous assécher, alors non… Penchez-vous sur Vîrus… c’est tout !

CIRQUE PLUME, FRANCE3 & BESANÇON…

Michel Buzon, journaliste pour France 3 Bourgogne Franche-Comté, a prévu de nous ravir par l’intermédiaire de sa chaîne et la diffusion de « Jongleurs de rêves«  (documentaire de 26minutes sur le fameux cirque comtois/mondial créé en 1982 et en cessation d’activité avec sa dernière tournée actuelle) ; déjà diffusé dimanche 11 juin 2017 11h30.

C’était à la salle de la Rodia de Besançon ce mercredi que France3 a choisi de présenter au public bisontin en avant-première ce reportage. À ce propos chapeau et merci à Clémence Baverel, chargée de communication de la chaîne, pour son travail d’organisation et d’accueil…!

Alors retrouvons ce reportage audio, descriptif de ce docu vidéo, avec ce lecteur à déguster pour une dizaine de minutes, avec les explications par le menu de Michel Buzon…

 

 

En complément, 2 articles intéressants toujours avec France 3 Bourgogne / Franche-Comté :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/grand-besancon/ultime-creation-du-cirque-plume-15-photos-1266741.html

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/grand-besancon/qui-sont-artistes-du-cirque-plume-1092617.html

Narcisse ; CINQ contre un !

Mise en abîme, onanisme, narration dont on est le héros, ce dernier volet pour le thème Narcisse tient donc toutes les promesses annoncées par sa simple énonciation !

En effet, la masturbation positive, tant physique qu’intellectuelle, régit nombreuses choses dans les productions artistiques de ce bas monde… Très en vogue, le personnage de Gaston fête ses 60 ans cette année, il est l’occasion d’identifier ce qu’est la mise en abîme chez l’auteur. Franquin, comme Gotlib, avec des styles différents, effectuent la mise en abîme… Partir de soi, des situations dans lesquelles on crée, pour produire une réalité parallèle, comme une œuvre en soi, … ce que fait depuis toujours la littérature, la peinture comme nous l’avons vu, et désormais le cinéma, la série telle PLATANE d’Éric Judor (inspiré lui-même de la série anglo-saxonne The Office)… Créer le décalage depuis le soupçon de réel. L’inspiration n’est jamais bien loin. Cette inspiration s’apparente facilement à l’onanisme, le meilleur, fruité, vitaminé..!

Attention ne nous y trompons pas, cela mérite énormément de travail pour pondre quelque chose de correct, à l’instar d’Olivier Sauton et de son écriture, de sa production et de sa mise en scène de sa pièce puis livre « Fabrice Luchini et moi »… Du travail, du talent, du goût… pour jouer l’incarnation de soi comme du maître Luchini (seul personnage capable de créer la folie rare et la pagaille impossible sur un studio de télévision).

 

Franquin comme Gotlib, les regrettés, je tiens à les souligner, car dans « Gaston Lagaffe » et dans « Idées Noires », ou encore dans « Rubrique-à-brac » pour ne citer que cela, je vois le concret, … Gaston raconte les coulisses du journal Spirou, avec une proximité de ce que fut cette production. Fluide Glacial lui a consacré un hors série récemment, avec interviews et créations en commun d’avec Gotlib (maître de révolution du genre). Les « Idées Noires » furent l’immense projet mené à bien par Franquin, celui qui lui a révélé son vrai moi.

Narcisse ou l’œuvre sont-ils le reflet imposé ? Celui qui s’impose de lui-même à l’artiste ? L’onanisme est-il le meilleur recul ? Ce recul est-il la meilleure manière de faire une analyse politique, de la cité publique et de la place de l’humain ? Est-ce la bonne manière d’être honnêtement apolitique et finalement de l’être ? Consommation? Désir ? Clivage Nature/Culture… Nature/Humain… ?

Côté cinéma citons  la production de Nicolas Vanier  ; mais aussi les fictions « Dans la peau de John Malkovich »,  « BIRDMAN »… Ces deux films sont tout bonnement immanquables dans une vie..!

Enfin pour la littérature, ma lecture du moment est un roman déguisé en autobiographie ou son reflet ou son inverse…, elle rentre dans ce thème : Jean d’Ormesson « Une fête en larmes« …

Ainsi ce que je voulais faire passer, c’est que Narcisse en vacances au Libéralisme, ça peut être bonnard, justement espiègle, anti-militariste, fouillé, social, créatif, positif.

FIVE TO ONE, FIN DE SÉRIE NARCISSIQUE!

 

Narcisse ; QUATRE, autoportrait(s)..!

Venons-en au fait, via une galerie de peintures des plus connues, considérant l’autoportrait au même rang que la nature morte, et nous voici dans cet article imagé, sans trop de texte (autoportrait se définit par vidéos, peintures et poème dans ce QUATRE :

« Lapin de garenne mort avec poire à poudre et gibecière. » de Jean-Siméon Chardin (1730)

Goya – Nature morte avec tranches de saumon – 1812

Pieter Claesz – 1597-1661

Eugène BOUDIN (1824-1898) Nature morte au potiron ca. 1854-1860 huile sur toile 56,5 x 83 cm © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn

 

 La nature morte se rapporte presque systématiquement du fameux « memento mori« / »carpe diem » (souviens-toi que tu vas mourir), de par le choix des objets ou choses représentés et de leur état de décomposition… Ainsi j’étends cette idée que toute œuvre artistique est une sorte d’autoportrait, et je choisirais alors Baudelaire, Une charogne, si je devais arrêter un seul texte, poésie-autoportrait :

Une charogne

Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d’été si doux :
Au détour d’un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l’air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d’exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu’ensemble elle avait joint ;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s’épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l’herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D’où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague,
Ou s’élançait en pétillant ;
On eût dit que le corps, enflé d’un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l’eau courante et le vent,
Ou le grain qu’un vanneur d’un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s’effaçaient et n’étaient plus qu’un rêve,
Une ébauche lente à venir,
Sur la toile oubliée, et que l’artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d’un oeil fâché,
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu’elle avait lâché.

– Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion !

Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Après les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j’ai gardé la forme et l’essence divine
De mes amours décomposés !

Maintenant place à quelques autoportraits, en peinture, célèbres :

Rembrandt

 » Dans la lignée des autoportraits de Rembrandt, apparaissent ceux de Van Gogh qui, à la façon du style expressionniste de la fin du 19ème siècle, explore son identité intérieure entre 1887 et 1889. » (histoiredarts.blogspot.fr)

PICASSO

 

Allez, voila pour cette ouverture à ce moment, pas trop fouillée, mais dont le gouvernail se nomme toujours NARCISSE, être étrange avec lequel nous allons clore lors de la dernière partie à suivre… Narcisse CINQ contre UN, ou Narcisse en vacances au libéralisme ! Et souvenons-nous en riant, en nous matant dans la glace, de notre fragilité d’êtres vivants…